Un aigle royal, Aquila chrysaetos, dépose un poussin de rapace, vivant, dans son aire.

  MATHIEU Roger

 Le Bièvre, 1984 6(1), 197-202 

 

     L'auteur rapporte une observation de mâle d'Aigle royal (Aquila chrysaetos) déposant dans son aire occupée par un aiglon de 40-41 jours, un poussin de rapace en duvet et en pleine possession de ses moyens. L'identité spécifique du poussin est discutée ainsi que le comportement du mâle, de la femelle et de l'aiglon.

 Après une revue de la littérature consacrée au régime alimentaire de l'Aigle royal, l'auteur remarque l'absence de mention de proie vivante à l'aire et la rareté de la mention (poussin en duvet) dans la liste des proies.

 

 

 

 

 

 

WHAT IS THE FUNCTION OF UNDULATING FLIGHT DISPLAY IN GOLDEN EAGLES

 A. R. Harmata

Fish & Wildlife Management & Research Department of Biology Montana State University Bozeman, Montana 59717

Raptor Research 16(4): 103-109 1982

 

 

Quelle est la fonction du vol de parade, ondulatoire, chez l'Aigle royal.

 

Les vols de parade ondulatoires de l'Aigle royal ( Aquila chrysaeos ) ont été interprétés comme servant, la plupart du temps, à entretenir les liens du couple ou à jouer le rôle de parade nuptiale. Quinze vols, exécutés par plusieurs couples, identifiables individuellement, d'Aigles royaux ont été étudiés dans le nord du Colorado, sur une période de 6 ans. La plupart des vols semblent être provoqués, et destinés à informer d'autres aigles de leur entrée dans un territoire, suggérant une fonction agressive et territoriale pour ces vols. Une défense en relation avec le sexe des individus a aussi été notée. Des accouplements ont été notés en toutes saisons, mais jamais associés à des vols ondulatoires.

Il semble prouvé que les vols ondulatoires hivernaux  sont une expression de territorialité saisonnière  plus qu'une manifestation destinée à maintenir le lien du couple .

La fonction du vol ondulatoire peut être déterminée en observant la réponse des aigles en vol, ou en distinguant de subtiles différences entre les vols destinés à être des parades nuptiales et ceux motivés par des comportements d'agressivité territoriale.

 

 

Foraging Behavior and Success of Golden Eagles

  MICHAEL W. COLL

Schoool  Forest Resource and Conservation,18 Newins-ZiegleHall, University of Florida,1983

 

 

Technique de chasse et réussite chez l'Aigle royal.

 

De nombreuses données concernant les méthodes de chasse et la réussite des captures par des rapaces à l'état sauvage sont difficiles à connecter. De fait, la plupart des études ont été menées indirectement à partir des restes de proie trouvés dans les nids ou en étudiant les apports de proie au nid. Néanmoins, pour la plupart des espèces, les informations disponibles demeurent qualitatives. L'objet de cet article est de décrire la technique de chasse et les succès de capture des Aigles royaux ( Aquila chtysaetos).

Le secteur d'étude connu sous le nom de Snake river birds of prey area, est situé le long du Snake river canyon, dans le plateau froid et désertique au sud de Boise, Idaho.

Chacun des  4 couples d'Aigles royaux nicheurs a été observé environ une fois tous les 6 jours pendant l'incubation, de l'élevage de la couvée et la période succédant à l'envol sur 4 sites en 1978 et1979.

 

 

 

Territorial behaviour of Golden Eagles in Western Norway

 Gunnar Bergo

 Brit birds 80: 361-376, August 1987

 

Le comportement des Aigles royaux, Aquila chrysaetos, dans cinq zones de nidification dans l'ouest de la Norvège, a été étudié en1981-83 et associé à l'avertissement territorial et à l'espacement des territoires. Les activités aériennes, le "perching", le comportement au nid et les relations avec les autre Aigles royaux ont été décrites. Les "festons", le "sur place" dans le vent, le vol ondulatoire peuvent tous agir comme des signaux d'avertissements territoriaux, et la possibilité de grands piqués vers le nid et l'apport de végétaux ayant des fonctions similaires ont été envisagées. L'utilisation de perchoirs exposés et les cris ne sont probablement pas à inclure dans un comportement d'avertissement dans cette population reproductrice clairsemée.

 

 

 

 

A CRITICAL REVIEW OF CARTWHEELING FLIGHTS OF RAPTORS

 Simmons, R.E. & Mendelsohn, J.M. 1993..

Ostrich 64: 13–24.

 

Un compte-rendu critique des accrochages en vol chez les rapaces

 

Les chutes en vrille des rapaces, en particulier des aigles, sont des interactions spectaculaires au cours desquelles les oiseaux chutent en effectuant des tonneaux, en même temps qu'ils sont accrochés par une prise de serres. Cela est classiquement décrit comme une parade nuptiale même si des blessures et des morts ont été rapportées. Nous avons demandé à 20 biologistes, spécialisés dans les rapaces, des récits non-publiés  et réétudié cette approche de l'interprétation nuptiale pour 39 espèces de grands et petits falconiformes. Dans 82% des 107 cas étudiés pour lesquels des informations détaillées étaient disponibles, ces vols  étaient des interventions agressives d'oiseaux territoriaux contre des intrus. Ces accrochages en vol avec chute sont aussi des comportements de jeu ou des agressions lors de conflits entre parents et jeunes. Ces comportements observés chez l'Aigle pêcheur d'Afrique (Haliaeetus vocifer) ont été décrits principalement, comme une agression principalement intra-sexuelle, par Liversedge ( comm perso.) qui ont entraîné 200 accrochages au cours de 5 années lors de captures de poissons sur des limites de couples territoriaux. Ces types de vols lors de parades nuptiales sont décrits entre des oiseaux supposés en couple chez trois espèces d'Aigles pêcheurs ( Haliaeetus eagles) et une espèce de Vautour (11% des 107 obs). Néanmoins, dans un seul compte-rendu, il apparait clairement qu'il s'agit bien d'un couple. Nous en concluons que les interactions de ce type sont principalement des rencontres agressives et suggérons que le préjugé de l'observateur et d'autres facteurs peuvent avoir contribué à une interprétation erronée de ces chutes particulières comme élément de parade nuptiale.

 

 

 

 

Herd defensive behaviour of chamois,Rupicapra rupicapra, in response to predation on the young by a golden eagle,Aquila chrysaetos

S. Bertolino

Zeitschrift für Jagdwissenschaft (2003) 49: 233-236 , September 01, 2003

 

 

Comportement défensif d'une harde de chamois, Rupicapra rupicapra, face à une attaque de jeunes animaux, par un Aigle royal, Aquila chrysaetos.

 

L'aigle royal (Aquila chrysaetos) constitue pour les jeunes chamois (Rupicapra rupicapra) un danger, tandis que les chamois adultes ne sont consommés qu'à l'état de charogne. Je décris l'abattage d'un cabri de chamois par un aigle royal et la tentative de défense effectuée par les femelles. Pendant l'attaque par l'aigle, les femelles du troupeau entourèrent leurs jeunes et essayèrent de les protéger par leurs cornes et par leur corps. La tentative de défense ne fut cependant pas couronnée de succès et l'aigle s'en fut en enlevant un cabri. L'observation est cohérente avec l'hypothèse, chez le Chamois, d'une défense par le troupeau, défense en relation avec la sociabilité des chèvres

 

 

 

 

 

 

How predation risk affects the temporal dynamics of avian leks: greater sage grouse versus golden eagles.

 Boyko, Adam R  2004-01-01

 Am Nat. 2004 Jan;163(1):154-65.

 

 

Comment le risque de prédation affecte-t-il la dynamique des places de chant: Tétras des armoises contre Aigles royaux.

 

 Les places de chant attirent souvent les prédateurs tout comme les partenaires, cependant les modèles les plus évolutifs ont admis que la sélection sexuelle, et non la prédation, est le moteur du comportement dans les arènes de reproduction. Nous avons étudié l'influence de la prédation sur la dynamique des places de parades en utilisant un modèle dynamique et stochastique fondé sur la reproduction avec places de chant du Tétras des armoises, Centrocercus urophasianus, et sur son principal prédateur, l'Aigle royal, Aquila chrysaetos. Le modèle prévoit la fréquentation temporelle de place par le male comme une fonction de facteurs affectant à la fois le succès de l'accouplement ( taux de venue des poules, nombre de mâles, et rang social) et le risque de prédation (taux de venue des aigles et taille du groupe). On considère que les mâles dominants arrivent plus tôt et quittent le secteur plus tard que les dominés, en particulier lorsque l'inégalité dans le choix des reproducteurs est grande, le risque de prédation faible, ou le rapport entre la taille de la place et le taux de venue des femelles médiocre. A la fois, des niveaux moyens élevés de risque de prédation et une petite taille de la place  peuvent réduire la fréquentation de l'endroit, mais la tendance relative des prédateurs à attaquer de grandes places plutôt que des petites a une petite influence sur le comportement prévisible d'utilisation des places. Les observations de terrain confirment les effets prévus du taux de venue des femelles, de la taille de la place, du caractère dominant mâle et du taux de venue ( météo-dépendant) des prédateurs sur les heures d'abandon de la place. Les effets prévisibles des taux de venue des femelles et du comportement dominant mâle sur la fréquentation saisonnière des places ont été aussi envisagés. Notre modèle fournit une explication empirique et évolutive de la dynamique à court terme des places de chant. Il propose aussi des interprétations alternatives pour le phénomène préalablement envisagé pour soutenir les modèles de prédominance inégalitaires d'organisation des places.

 

 

 

 

Potential factors influencing nest defense in diurnal

 North American raptors

 

Joan L. Morrison, Madeline Terry, Patricia L. Kennedy 2006

 ]. Raptor Res. 40(2):98-110

 

 

L'habitat de nidification et le niveau de la tentative de reproduction influent sur les comportements défensifs autour du nid chez beaucoup d'espèces d'oiseau, cependant aucune étude n'a abordé les différents facteurs influençant la défense du nid selon les types de rapaces. En utilisant les données de la littérature, nous avons regroupés les comportements de défense du nid de 19 rapaces nord-américains en quatre catégories basées sur le niveau d'agressivité. Pour chaque espèce, nous avons identifié le type de couvert sous lequel la nidification se déroule, l'accessibilité du nid, évalué deux indices de tentative de reproduction, et examiné les associations entre ces facteurs et les comportements de défense du nid. Nous avons aussi examiné les réponses selon les espèces de rapaces à différents types de prédateurs qu'ils soient aviaires diurnes ou nocturnes, ou mammifères (non humain) ou humains. La plupart des espèces de rapaces à fort effort reproducteur manifestent un comportement défensif très agressif. La plupart des espèces de rapaces nichant en milieu ouvert et les espèces dont les nids sont accessibles présentaient une défense de nid agressive. Alors que beaucoup de rapaces régissaient de façon agressive envers les prédateurs aviaires diurnes et nocturnes, ils montraient des réactions de défense moins agressives vis à vis de potentiels prédateurs humains. Les résultats de cette étude suggèrent que divers facteurs peuvent influencer les stratégies de défenses du nid utilisées par les rapaces diurnes . Néanmoins, davantage de recherches sont nécessaires pour connaître l'influence relative de ces facteurs (y compris le risque de prédation) ainsi que les variations entre les stratégies de défense de nid des rapaces avant que des schémas globaux puissent être établis.

 

 

 

Maternal Defensive Behavior of Mountain Goats Against Predation by Golden Eagles

 Sandra Hamel

Département de biologie et Centre d'études nordiques, 1045 avenue de la Médecine, Université Laval, Québec, Canada,

Western North American Naturalist 05/2009;

 

Comportement maternel défensif de chèvres des montagnes face à une tentative de prédation d'Ailes royaux.

 

Le comportement défensif maternel face à des prédateurs peut paraître risqué mais est commun chez de nombreuses espèces. Nous décrivons ici, le comportement maternel défensif de la chèvre des montagnes rocheuses ( Oreamnos americanus) face à des tentatives de prédation de l'Aigle royal (Aquila chrysaetos). Nous avons constaté des attaques d'Ailes royaux sur les chèvres au cours de 1,9% de nos observations  ( n = 311 observations sur 12 ans) mais sans aucun succès. les mères ont toujours défendu les jeunes contre les attaques d'Aigles royaux. Le nombre de prédation des Aigles royaux sur les jeunes de l'année semblent faible pour la plupart des ongulés, y compris pour la chèvre des montagnes Rocheuses. L'intérêt de défendre les jeunes face aux aigles est probablement grand pour les ongulés et pourrait de plus favoriser une sélection au profit du comportement défensif des mères.

 

 

 

 

Distinguishing nonhuman predation on birds: pattern of damage done by the white-tailed eagle Haliaetus albicilla, with comments on the punctures made by the golden eagle Aquila chrysaetos

Bochenski, Z. M. ; Tomek, T., Tornberg, R. & Wertz, K. 2009

JOURNAL OF ARCHAEOLOGICAL SCIENCE; 36, 1; 122-129

 

Différenciation des prédations aviaires non-humaines: modèle de blessures provoquées par le Pygargue à queue blanche, Haliaetus albicilla, avec des observations sur les perforations causées par les Aigles royaux, Aquila chrysaetos.

 

Cette étude propose les critères pour distinguer certaines des prédations non-humaines sur les oiseaux dont les restes peuvent aussi être trouvés dans des sites archéologiques. Spécifiquement, elle traite de modèles de fragmentation d'os d'oiseaux dans des restes de nourriture non-consommés de Pygargues à queue blanche et débat sur les perforations observées sur les os des victimes provoquées par des Pygargues et des Ailes royaux. Les restes de nourriture montrent de très faibles degrés de fragmentation; les os de la ceinture pectorale et des ailes sont nombreux alors que la tête et les membres inférieurs sont en petit nombre. La proportion de sterna perforés diffère entre les deux espèces d'aigles et cela suggère que les différences sont dépendantes des espèces de proie davantage que de la façon dont elles sont capturées par les rapaces.

 

 

 

 

 

 

Superpredation patterns in four large European raptors

 Rui Lourenco  Sara Maria Santos

Joao Eduardo Rabaca¸Vincenzo Penteriani

Popul Ecol (2011) 53:175–185

 

Schémas de super-prédation chez quatre grands rapaces européens.

 

Les inter actions prédatrices chez les top-prédateurs comme la super-prédation ou la prédation intraguilde ( IGP )peuvent influencer les structures communautaires. les rapaces diurnes occupent des niveaux élevés dans les réseaux trophiques terrestres et cela peut réguler la présence de méso-prédateurs. Nous avons étudié la super prédation ( mise à mort et consommation d'un autre prédateur) chez 4 grands rapaces européens. Nous avons recueilli 121 études de régimes alimentaires, totalisant 161456 proies pour l'Autour des palombes ( Accipiter gentilis) l' Aigle royal ( Aquila chrysaetos ) l'Aigle de Bonelli ( Aquila fasciata ) et le Hibou Grand Duc ( Bulbo bulbo ).

 Les résultats montrent que la super prédation est:

(1) une inter action répandue chez les grands rapaces, mais qui varie en fonction des espèces de top- prédateurs.

(2) une ressource alimentaire de faible importance pour les grands rapaces mais semble davantage reliée à une diversification du régime quand les proies principales font défaut.

(3) spatialement regroupée, reflétant une hétérogénéité de l'habitat, mais ne montrant aucune tendance temporelle ou spatiale à grande échelle.

(4) associée à un plus faible succès reproducteur de l'espèce top-prédatrice.

 

Ces conclusions corroborent l'hypothèse d'un stress alimentaire comme principale force motivante pour le passage à la super-prédation et prédation intra-guilde chez les rapaces.

 

La super-prédation  chez les grands rapaces mérite une recherche ultérieure pour comprendre ses conséquences sur les méso-prédateurs, parce que d'un coté cela peut contribuer à promouvoir la biodiversité alors que par ailleurs cela peut représenter un risque supplémentaire pour de petites populations de rapaces en voie de disparition.

 

 

 

 

Kill before being killed: an experimental approach supports the predator-removal hypothesis as a determinant of intraguild predation in top predators

Rui Lourenço, Vincenzo Penteriani, Maria del Mar Delgado, Michela Marchi-Bartolozzi, João Eduardo Rabaça 2011Behavioral Ecology and Sociobiology 65(9),1709-1714

 

Tuer avant d'être tué: une approche expérimentale corroborant l'hypothèse d'élimination des prédateurs en tant que facteur décisif de la prédation intraguilde chez les top prédateurs.

 

L'intraguilde prédation ( IGP) a été expliquée comme étant une élimination de concurrent, un stress alimentaire et l'élimination d'un prédateur. Seules les deux premières hypothèses ont été bien étudiées. Pour tester l'hypothèse d'élimination d'un prédateur en tant que facteur déterminant l'IGP chez les prédateurs aviaires, nous avons réalisé une expérience de terrain pour simuler la présence d'un IG prédateur ( Hibou Grand duc, Bubo bubo, factice) dans les environs de nids de Milan noir, Milvus migrans, de Milan royal, Milvus milvus, d'Aigle botté, Aquila pennata, et de Buse variable, Buteo buteo. Pour écarter la possibilité qu'une réaction agressive envers le Grand duc ne soit pas liée à la présence de l 'IG  prédateur, nous avons aussi installé une Chouette hulotte, Strix aluco, empaillée, laquelle est un concurrent potentiel mais ne peut être considérée comme un IG prédateur des rapaces diurnes étudiés faisant partie de l'expérience. Alors que presque toujours ils ont ignoré la Chouette hulotte, les rapaces ont surtout montré un comportement agressif interspécifique envers l'IG prédateur. Nos résultats semblent défendre l'hypothèse de l'élimination du prédateur, puisque l'IG proie peut profiter de l'inactivité diurne de l'IG prédateur pour l'éliminer de leur territoire. Cependant, le comportement enregistré peut -être aussi considéré comme une type particulier de harcèlement ( par exemple: une contre-stratégie de la proie à l'encontre de son prédateur),  dans le quel le harcèlement est suffisamment efficace pour transformer le harcèlement du prédateur en tentative délibérée de mise à mort. A leur tour, les Grands ducs peuvent répondre par un comportement d'IG prédateur visant à éliminer les espèces IG proies que sont ces harceleurs extrêmement agressifs.

 

 

 

 

 

 

Estimating updraft velocity components over large spatial scales: contrasting migration strategies of golden eagles and turkey vultures.

 Bohrer, Gil; Brandes, David; Mandel, James T; Bildstein, Keith L; Miller, Tricia A; Lanzone, Michael; Katzner, Todd; Maisonneuve, Charles; Tremblay, Junior A 2012

 Ecol Lett. 15(2):96-103.

 

 

Évaluation, à grande échelle, des composantes de vitesse des courants: différences de stratégies migratoires entre les Aigles royaux et les Urubus à tête rouge.

 

Les oiseaux planeurs migrent en grand nombre dans la nature. Ces migrations représentent un phénomène complexe et dynamique, fortement influencé par les conditions météorologiques qui créent des courants thermiques et orographiques lorsque les oiseaux traversent les territoires. Nous revenons ici sur la façon dont les méthodes ont été utilisées pour évaluer l'intensité des courants thermiques et orographiques, à l'aide de données, numériques, météorologiques et topographiques publiées, à l'échelle du continent. Nous avons appliqué ces méthodes pour définir les stratégies de vol de deux espèces morphologiquement semblables mais comportementalement différentes: l'Aigle royal, Aquila chrysaetos, et l'Urubu à tête rouge, Cathartes aura, pendant la migration d'Automne au travers de l'est de l'Amérique du Nord, à l'aide de traceurs GPS. Nous montrons que les Urubu utilisent presque exclusivement les courants thermiques, alors que les Aigles royaux utilisent prioritairement les mouvements orographiques pendant la migration. Il na pas été antérieurement démontré que les voies de migration soient concernés par une spécialisation, à un mode d'utilisation des courants, propre à une espèce. Les méthodes proposées ici, pour évaluer les composantes des ascendances et vérifier les différences concernant la météorologie, peuvent être appliquées à l'étude des déplacements de toute espèce de planeurs.

 

 

 

 

Quantifying Sources of Mortality and Wintering Ranges of Golden Eagles from Interior Alaska Using Banding and Satellite Tracking

 

Carol L. McIntyre

 Journal of Raptor Research Mar 2012 : Vol. 46, Issue 1, pg(s) 129-134

 

Étudier les mouvements au cours du cycle annuel et les facteurs affectant la survie des oiseaux est essentiel pour la mise en place de stratégies de protection efficaces. Cela est particulièrement vrai pour des espèces migratrices sur de longues distances qui passent la plupart de leur vie loin de leurs zones de reproduction. Depuis peu, les études télémétriques fournissent de nouvelles informations sur les déplacements et la survie des oiseaux migrateurs. Les Aigles royaux, Aquila chrysaetos, qui ont grandi dans hautes latitudes du nord-ouest de l'Amérique du Nord, sont habituellement migrateurs, mais nous connaissons peu de choses sur leur déplacements annuels et leur survie. De 1988 à 2009, j'ai marqué 307 aiglons nés dans ou autour de Denali National Park and Preserve dans le centre de l'Alaska. De 1997 à 1999, j'ai aussi installé sur 48 de ces aigles juste avant l'envol, des transmetteurs par satellite. Dix des 307 aigles marqués (3%) ont été observés après le marquage, dont 5 dans la première année. Toutes les observations d'aigles marqués ont eu lieu, à plus de 800km de la zone de marquage, en dehors de l'Alaska pendant l'hiver ou la saison de migration. Tous les aigles marqués ont été observés à moins de 2km d'une route ou d'une implantation humaine, et les premières sources de mortalité ont été l'électrocution ou le tir. Au contraire, toutes les récupérations (14) d'aigles équipés de transmetteurs l'ont été à plus de 5km d'une route, et l'autopsie post-mortem indiquaient que tous sauf un étaient morts de faim. Les localisations des aigles marqués observés en hiver variaient du sud de l'Alberta au sud-est du Nouveau Mexique. Ces résultats, malgré la petite taille de l'échantillon, montrent comment des marquages et des moyens de suivi différents peuvent produire des résultats différents si l'on s'intéresse aux causes de mortalité et au zones d'hivernage d'Aigles royaux issus de la même zone d'étude.

 

 

 

 

 

Lethal interactions among vertebrate top predators: a review of concepts, assumptions and terminology

 Lourenço R., Penteriani, V., Rabaça, J.E. and Korpimäki, 2013

Biological Reviews

 

 

Les interactions mortelles entre les grands prédateurs vertébrés ont depuis longtemps intéressé les chercheurs en raison de leurs enjeux écologiques et de protection. La recherche centrée sur les interactions létales entre top prédateurs a utilisé plusieurs termes avec une signification vaste et introduit aussi une nouvelle terminologie. Nous avons analysé la littérature concernant les principaux concepts sous-jacents et l'utilisation de la terminologie et son contexte écologique. Les termes les plus fréquemment utilisés dans la littérature étaient "prédation", "prédation intra-guilde", "concurrence" et " mise à mort interspécifique". La plupart des études présentaient les preuves de l'assassinat de la victime (77%), mais les données concernant son usage n'étaient pas fournies dans 48% des cas. Plus de la moitié des études analysées (56%) n'apportaient pas des informations fiables sur le degré de concurrence entre les espèces interactives. En reprenant les définitions et leurs hypothèses sous-jacentes, nous démontrons que les interactions mortelles antre les grands prédateurs vertébrés pourraient être désignées par l'utilisation de quatre termes: "prédation", prédation intraguilde", "mise à mort par concurrence inter spécifique" et "super prédation", sans avoir besoin d'utiliser une terminologie additionnelle qui pourrait induire des confusions et de mauvaises utilisations. Afin d'obtenir un cadre correct pour ces inter actions létales, il est important d'évaluer si l'individu mis à mort est consommé, si la victime est effectivement un concurrent du tueur, et si la proie est un top-prédateur. Néanmoins, ces éléments du cadre de travail sont simultanément les contraintes les plus communes aux études d'interactions létales, depuis car elles demandent souvent de gros efforts de recherche. L'usage correct des termes et des concepts est fondamental pour comprendre les causes de ces interactions mortelles et, enfin, ce qui se passe effectivement lors de ces interactions complexes.

 

 

 

 

 

Limitations and mechanisms influencing the migratory performance of soaring bird

 Tricia A. Miller,  Robert P. Brooks,  Michael J. Lanzone,  David Brandes,  Jeff Cooper,

  Junior A. Tremblay, Jay Wilhelm, Adam Duerr and Todd E. Katzner 2016

 Ibis Volume 158, Issue 1, pages 116–134, January 2016

 

 Contraintes et mécanismes influençant la performance migratoire des oiseaux migrateurs

 

La migration est un processus couteux en temps, en énergie et en sécurité. La théorie d'une migration optimale suggère que les oiseaux migrateurs doivent choisir entre ces trois coûts en fonction de leur motivation et de leurs ressources disponibles. Pour vérifier les hypothèses concernant le mode de stratégie migratoire, utilisé par les grands migrateurs, nous avons utilisé la télémétrie satellitaire pour suivre des Aigles royaux, Aquila chrysaetos, 18 adultes, 13 sub-adultes et 15 juvéniles, dans l'est de l'Amérique du nord. Chaque classe d'âge avait potentiellement des motivations diverses au cours de la migration. Au printemps, la performance migratoire ( définie ici comme le caractère direct du vol migratoire) des adultes était meilleure que dans toutes les autres classes d'âge. Les adultes entamaient plus tôt la migration et elle leur prenait moins de temps. Mis en commun, ces schémas suggèrent que les adultes étaient, prioritairement, dépendant du facteur temps alors que les autres classes d'âge recherchaient une dépense minimale d'énergie. Néanmoins, les adultes qui migraient sur les plus grandes distances au printemps semblaient aussi tirer partie de stratégies d'économie d'énergie  comme en en diminuant leur compensation de dérive. En automne, les oiseaux de toutes les classes d'âge étaient, en premier lieu, économes en énergie, ils augmentaient la longueur des haltes, volaient sur des routes moins directes et migraient sur un rythme plus lent qu'au printemps. Toutefois, les oiseaux qui débutaient plus tardivement leur migration, en automne, avaient un vol plus direct, montrant que les limites temporelles pouvaient influer sur leurs décisions comportementales. Lors des deux migrations, les juvéniles avaient les moins bonnes performances, les sub adultes des performances moyennes et les adultes les meilleures. Nos résultats montrent une variation, selon les âges et les saisons, des stratégies temporelles et d'économie d'énergie qui ne sont pas nécessairement exclusive l'une de l'autre. Au delà du temps et de l'énergie, une succession complexe de facteurs, intégrant la météorologie, l'expérience et la capacité de s'orienter, influence la performance migratoire et les choix.

 

Preening Behavior and Survival of Territorial Adult Golden Eagles with Backpack Satellite Transmitters

Dale W. Stahlecker, Terrell H. Johnson, Robert K. Murphy

 

Journal of Raptor Research 49(3):316-319. 2015

 

 

Toilettage et survie d'Aigle royaux, Aquila chrysaetos, adultes territoriaux équipés de transmetteurs satellitaires.

 

 

 

Nous avons utilisé des harnais de type Mochila pour fixer des transmetteurs satellitaires de 55 et 100g (PTT) sur 7 Aigles royaux territoriaux adultes pendant une étude sur l'écologie de cette espèce dans le sud-ouest de l'Amérique du nord. Le pourcentage de temps passé en toilettage par quatre adultes, pendant 1 à 6 semaines après la pose des équipements, ne différait pas de celui employé pendant la même période par quatre individus adultes territoriaux non équipés. Cependant, uniquement deux des sept aigles équipés survécurent ou ne perdirent pas leur transmetteur au cours de la première ou de la seconde année après l'installation, et l'un deux fut apparemment expulsé de son territoire. Nos observations, bien que limitées en nombre, incitent à une analyse plus approfondie sur le possible impact négatif des émissions satellitaires de type PTT sur Aquila chrysaetos. Nous suggérons la réalisation de méta analyses collaboratives pour mieux comprendre l'influence de l'installation des émetteurs sur le comportement et la survie des  Aigles royaux, Aquila chrysaetos, à plus long terme.