Prevention of golden eagle electrocution

Benson P.C. 1982

Palo  Alto, California: Electric Power Research Institute

 

Nous avons étudié les électrocutions des aigles dans six Etats de l'ouest des Etats Unis à partir de l'examen des cadavres trouvés sous les lignes électriques; sur les 416 aigles trouvés, 82,5% étaient des Aigles royaux. Ce document analyse les espèces et âges des oiseaux électrocutés, l'évolution temporelle, l'abondance des rapaces, les proies de rapaces, la végétation, la topographie, les sols, la météorologie, et autres facteurs en lien. Les valeurs donnant une faible influence sur l'électrocution des aigles comprennent les lignes d'acheminement autour des habitats préférés des proies, les lignes électriques situées dans des zones basses et des conducteurs isolés de poteaux d'angle ou de transformateur.

 

 

 

Electrocution of raptors on power lines in Southwest Spain

  Ferrer, M.; De la Riva, M.; Castroviejo, J. 1992.                                            

Journal of Field Ornithology, 62(2): 181-190.

 

Electrocution de rapaces sur des lignes électriques dans le sud-ouest de l'Espagne

Nous proposons les résultats de la surveillance des électrocutions de rapaces à l'intérieur et à la périphérie du Parc National de Doñana depuis 1982. Entre 1982 et 1983, 1127 poteaux électriques sur un échantillon de 100 km de lignes électriques ont été contrôlés et 233 rapaces morts appartenant à 13 espèces ont été trouvés. En tenant compte des disparitions de cadavres par l'intervention de charognards, on estime à 400 rapaces par an le nombre de morts sur cette partie du système d'électrification, et peut-être à 1200 par an sur les 300 km de lignes dans et autour du Parc National de Doñana. La mortalité diffère selon les types de pylônes et d'habitats. Les pylônes les plus dangereux sont ceux qui ont des isolateurs au dessus des traverses alors que les moins dangereux possèdent des isolateurs suspendus. La mortalité est la plus élevée dans les zones protégées du Parc que dans les habitats davantage altérés. L'électrocution était la cause de la mort de plus de 50% des rapaces marqués retrouvés avant le début de l'étude et la première cause connue de décès du très menacé Aigle Ibérique.

 

 

 

Preventing birds of prey problems at transmission lines in western Europe.

  Bayle, P. 1993.

 Journal of Raptor Research 33(1):43-48.

 

Prévention des problèmes, concernant les rapaces, liés aux réseau de transport d'énergie électrique dans l'ouest de l'Europe.

 

Parmi les 37 espèces de rapaces  ( 28 falconiformes et 9 strigiformes) qui se reproduisent ou hivernent régulièrement dans l'ouest de l'Europe, au moins 30 ( 24 falconiformes et 6 strigiformes) sont victimes des lignes électriques, les unes par électrocution, les autres, à un moindre degré, par collision. La mortalité sur des lignes de moyenne tension  joue un rôle important dans la mortalité globales de certains aigles, en particulier la population juvénile (par exemple l'Aigle ibérique, Aquila adalberti, en Espagne et l'Aigle de Bonelli, Hieraaetus fasciatus, en Espagne et le sud de la France) et est responsable du déclin général de ces espèces. Les lignes électriques ont aussi un impact important sur quelques rapaces communs, à la fois régionalement ( Hibou Grand duc, Bubo bubo, dans les Alpes du Sud françaises) et localement ( Le Faucon crécerelle, Falco tinnunculus, dans différentes régions de France). Différents dispositifs ont été testés pour assurer une meilleure isolation entre les câbles électriques et les pylônes et pour dissuader les oiseaux de se percher  sur les supports de lignes, mais la protection la plus efficace est d'enterrer les lignes. Les Pays Bas ( qui ont atteint l'objectif), la Belgique, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont pour intention d'enterrer toutes leurs lignes moyennes tension.

 

 

 

Nesting by raptors and common ravens on electrical transmission line towers.

 Steenhof, K., Kochert,MN., Roppe, JA. 1993

 Journal of Wildlife Management, 57(2): 271-281

 

Des rapaces et les Grand Corbeaux ( Corvus corax) (ci après nommés corbeaux) , commencent à nicher sur les pylônes d'une portion de 596 km de ligne électrique de 500 kV dans le sud de l'Idaho et l'Oregon dés la première année de sa construction. Nous avons commencé à étudier ces populations nicheuses en 1981 pour témoigner de l'attractivité réelle de  ces structures artificielles pour les rapaces nicheurs et pour proposer des directives pour favoriser les possibilités de nidification des rapaces sur le réseau électrique. pendant 10 ans, 133 couples de rapaces et corbeaux ont niché sur ces lignes de 500kV. La colonisation rapide des pylônes sur cette portion est probablement liée au manque d'autres supports de nidification dans le couloir d'électrification, et la proximité de population reproductrice dans le canyon voisin de la Snake River. Les pylônes offrent à la fois un support nouveau et alternatif pour la nidification. Les rapaces et les corbeaux utilisent tous les types de pylône sur le réseau mais préfèrent  ( P<0,05) ceux dont le treillis en acier est relativement dense. Il ont tendance à nicher sur le même pylône ou un voisin, chaque année mais si un faible pourcentage de nids demeurent en état à la fin de la saison de reproduction. La destruction des nids par le vent est la cause la plus commune de délabrement sur les pylônes. Les plateformes artificielles protégeaient les nids des dégâts du vent et les faucons et les aigles préféraient ces structures. par ailleurs les succès reproducteurs des couples installés sur les pylônes étaient identiques ou supérieurs aux autres couples nichant sur d'autres supports. Des services publics peuvent favoriser les opportunités de nidification es rapaces et atténuer les inconvénients du transport d'énergie électrique en offrant un support solide qui ne soit pas directement au dessus des isolateurs. Des modifications du site de nidification, que ce soit pendant ou après la construction du réseau, peuvent attirer des rapaces reproducteurs et améliorer leur succès reproducteur.

 

 

 

 

 

Biological and conservation aspects of bird mortality caused by electricity power lines: a review.

  Bevanger, K., 1998.

 Biological Conservation, 86, 67-76..

 

Dimensions biologique et de conservation concernant la mortalité des oiseaux provoquée par le réseau électrique: une analyse.

 

Des données empiriques et des considérations théoriques désignent certaines espèces pratiquant le vol à voile et ayant un faible rapport hauteur/largeur comme courant un plus grand risque de collision avec les lignes électriques. Ces oiseaux ont un vol rapide et la combinaison d'un poids élevé et de petites ailes diminue les chances de réaction rapide face à un obstacle inattendu. Lorsque l'on considère le nombre retenu de victimes de collision en regard de l'abondance et la taille de la population des espèces concernées, quelques espèces de Galliformes, Gruiformes, Pelecaniformes, et Ciconiiformes semblent apparaître en nombre élevé disproportionné. Par contre, les espèces souvent concernées par des électrocution semblent comporter les Ciconiiformes, les Falconiformes, les Strigiformes et les Passeriformes. Un nombre important et inquiétant d'espèces, en danger ou vulnérable, sont identifiées parmi les victimes, mais les données actuelles sont insuffisantes pour évaluer l'impact de la mortalité engendrée par les lignes électriques aériennes au niveau des populations.

 

 

 

 

 

 

 

Electrocución de rapaces en líneas eléctricas de distribución en Sierra Morena Oriental y Campo de Montiel.

 Guzmán, J.; Castaño, J.P. 1998

 Ardeola, 45(2): 161-169.

 

Mortalité de rapaces par électrocution sur le réseau électrique en Sierra Morena et Campo de Montiel

 

Nous présentons les chiffres de la mortalité d'oiseaux (principalement des rapaces) par électrocution sur dix lignes électriques dans le campo de Montiel et l'est de la Sierra Morena. Sur la période de 1988-1996, 274 rapaces électrocutés appartenant à 14 espèces furent trouvés  au long des 69 kilomètres de liges électriques, pour un total de 1629 pylônes contrôlés. Les chiffres d'électrocution furent particulièrement élevés pour quelques grands rapaces ( 14 Aigles Ibériques, Aquila adalberti, 23 Aigles royaux, Aquila chrysaetos, et 17 Aigles de Bonelli, Hieraaetus fasciatus) . Le type de pylône et de végétation à proximité présentent des liens significatifs avec indices de mortalité. Les pylônes de soutien et ceux avec des isolateurs rigides sont responsables de 99,6% de la mortalité observée. la fréquence des électrocutions était supérieure pour les supports situés en Sierra Morena qui se situaient  en forte proportion en zone de matorral ( garrigue). Les valeurs moyennes de mortalité par pylône furent significativement supérieures pour les pylônes de soutien; de même pour les pylônes situés en zone de garrigue. Ce résultat pourrait s'expliquer par une plus grande abondance de lapins ( Oryctolagus cuniculus) en zone de garrigue, qui indirectement attirent une plus grande densité de rapaces et un plus grand nombre d'électrocutions sur les lignes qui traversent ce biotope. Nous avons noté une corrélation négative entre l'indice de mortalité et la distance par rapport au nid le plus proche d'Aigle ibérique. Cette distance fut en plus un bon indicateur de la distance des lignes électriques par rapport à la Sierra Morena, zone de nidification de la majorité des espèces présentant des cas d'électrocution. La priorité concernant les modifications à apporter sur les lignes électriques devra porter sur les types de pylônes, le type de végétation que traversera chaque ligne et la distance de lignes par rapport aux zones de reproduction.

 

 

 

 

 

CREATING RAPTOR BENEFITS FROM POWERLINE PROBLEMS

 MICHAEL N. KOCHERT 1 AND RICHARD R. OLENDORFF 1999

 J. Raptor Res. 33(1):39-42

 

Valorisation pour les rapaces à partir de la problématique des lignes électriques.

Le réseau électrique aérien profite aux rapaces en offrant des sites de nidification et des perchoirs. Néanmoins, il tue aussi des rapaces par électrocution et ces derniers peuvent perturber la distribution. Le problème de l'électrocution a été amélioré en modifiant les lignes existantes et en améliorant les conditions de sécurité sur les nouvelles. Les actions a posteriori, impliquent des modifications des pylônes, l'aménagement de perchoirs et l'isolation des lignes et autres structures. Les nouvelles lignes offrent une isolation correcte et des distances adaptées entre conducteurs et structures. Les plateformes de nidification peuvent réduire les problèmes de distribution et favoriser la nidification sur les pylônes. Une combinaison de systèmes de dissuasion de pose et de protections isolantes, est une approche rentable pour gérer les problèmes générés par les oiseaux tout en leur permettant d'utiliser les pylônes comme perchoir.

 

 

 

Avian mortality from power lines: a morphologic approach of a species-specific mortality.

 Guyonne F. E. Janss 2000

 Estacion Biologica de Doñana

 

Mortalité aviaire causée par les lignes électriques : une approche morphologique d'une mortalité propre à une espèce

La mortalité aviaire causée par les lignes électriques est une mortalité propre à chaque espèce qui affecte plusieurs espèces vulnérables ou menacées. L'identification des risques, caractéristique de chaque espèce, de mortalité liée aux lignes électriques peut aider à résoudre ce problème de conservation. L'abondance relative d'espèces d'oiseaux à proximité des lignes électriques a été comparée avec les données de victimes d'électrocution et de collision causées par ces lignes, pour identifier le fait que le risque de décès propre à chaque espèce est déterminé par la morphologie des ailes. De manière générale, les victimes de collision appartiennent à la catégorie des mauvais "voiliers", alors que les victimes d'électrocution étaient des rapaces, des corvidés et des oiseaux utilisateurs de thermiques. Les espèces d'oiseaux ont été catégorisées par leur morphologie alaire et le risque soit d'électrocution soit de collision. Trois catégories ont été identifiées: espèces à haut risque de collision, espèce à haut risque d'électrocution et un troisième groupe mixte d'oiseaux sensibles aux deux causes de décès. Les variables, poids, longueur des ailes, longueur totale et longueur de queue permettaient de classifier correctement 88,6% des espèces dans ces trois catégories lorsque on les utilisait dans une analyse discriminante. La classification peut être utilisée dans un modèle prédictif pour identifier les espèces sensibles à la mortalité causée par les lignes électriques. Le troisième groupe justifie une attention particulière, du point de vue de la conservation, parce que le risque n'est pas facilement identifié et qu'il dépend de comportement spécifique et de conditions locales.

 

 

 

 

Strategies to identify dangerous electricity pylons for birds.

Mañosa, S.

 Biodiversity and Conservation, 10: 1997-2012.

 

Les chiffres d'électrocution dans la région de Lérida, une zone importante du centre de la Catalogne, nord est de l' Espagne, ont été obtenus à partir de 804 visites de 507 pylônes électriques entre 1995 et 1999. On dénombra au moins 160 victimes, par électrocution, sur 67 pylônes. Parmi les victimes: corvidés (36%), rapaces diurnes ( 60%) et nocturnes (4%). Les taux d'électrocution variaient de  < 0,01oiseau / pylône ­¹ /an ­¹ dans les zones à faible risque, à 0,20 oiseau / pylône ­¹ /an ­¹ dans les secteurs plus dangereux. Le nombre de victimes par pylône "tueur" variait de 1 à 12. Les victimes se trouvaient dans des conditions propices, environ 50% des morts intervenaient sur 2% des pylônes visités, et 50% des pylônes "tueurs" accumulaient 80% des victimes. Une analyse à variable unique mettait en évidence que le concept technique des pylônes était très important dans la détermination du danger potentiel d'électrocution  ( les structures métalliques sont considérées comme les plus dangereuses, suivies par les poteaux plats et les voutes). Une grande partie de la mortalité (97%) pourrait être éliminée si tous les pylônes techniquement dangereux étaient modifiés, mais ceci concernerait 67 % des pylônes de la zone d'étude. L'étude de la présence des cadavres sous les pylônes a été utilisée pour identifier les pylônes qui concentraient les accidents, de même une approche  "pylône préféré" pourrait être utilisée pour attribuer les mesures d'atténuation. Une simple inspection sous les lignes a permis d'identifier 78% des pylônes provoquant des accidents avec les oiseaux  dans ce secteur, qui étaient responsable de 91% des incidents mortels. Des informations recueillies au cours de cette inspection ont permis de réaliser un modèle logistique qui autorisait une classification correcte de la plupart des pylônes dangereux oubliés lors de la première inspection. Cette étude a montré que la localisation géographique et le type d'habitat  étaient aussi importants que le concept technique pour déterminer le risque potentiel d'électrocution. En conclusion, plus de 99% de la mortalité pourrait être éliminée en modifiant simplement 23% des pylônes du secteur d'étude.

 

 

 

 

 Protecting birds from powerlines.

  Haas, D.; Nipkow, M.; Fiedler, G.; Schneider, R.; Haas, W.; Schürenberg, B. 2005

Strasbourg: Council of Europe Publishing.

 

Dans le monde entier, la mise à disposition de l'électricité est devenue un critère de qualité de la vie. Le transport de l'électricité depuis ses secteurs de production jusqu'au consommateur se fait principalement par le réseau  aérien. Mondialement, le câblage de l'environnement se poursuit même dans les parties les plus reculées de continents inhabités. La plupart des lignes construites aussi loin présentent un risquent fatal pour les oiseaux et affectent de manière importante l'habitat de nos grands oiseaux ( dans leur zone de reproduction, de transit ou hivernage). Aujourd'hui, la durée de service du réseau aérien est présumé supérieur à 50 ans.

Cette étude analyse le niveau des trois principaux types de risques, pour les oiseaux, présentés par le réseau électrique aérien:

- Les risques d'électrocution: les oiseaux se posant sur les pylônes et/ou les câbles conducteurs sont tués s'ils causent un court-circuit ( court-circuit entre lignes électriques et à la masse). En particulier, une mauvaise conception dans la construction des pylônes moyenne tension a fait courir d'énormes risques pour un grand nombre d'oiseaux de moyenne et grande taille qui utilisent les poteaux pour se percher ou nicher. Beaucoup d'espèces de grands oiseaux ont subi de lourdes pertes par électrocution, quelques espèces sont menacées d'extinction de ce fait.

- Les risques de collision: En vol, les oiseaux peuvent percuter les câbles car ils sont souvent difficiles à voir. Dans la plupart des cas, l'impact de la collision entraine la mort immédiate ou des blessures fatales et des mutilations.

- La diminution de zones de transit ou d'hivernage pour les oiseaux: principalement lorsque les lignes électriques traversent des habitats ouverts ( zones humides ou steppes...).......

 

 

 

 

 

Dark holes in the Raptor Populations (Electrocutions of Birds of Prey on Power Lines in the Western Betpak-Dala), Kazakhstan.

 Karyakin I.V.; Barabashin T.O. 2005

 Raptors Conservation 4: 29-32.

 

Trous noirs dans les populations de rapaces ( Electrocution de rapaces sur le réseau électrique dans l'ouest du Betpak-Dala) Kazakhstan.

Nous avons surveillé l'ouest du Betpak-Dala ( Kazakhstan), dans le cadre du projet sur le Faucon sacré pour le Faucon Sacré Institute. Le territoire surveillé était un désert plat avec une infrastructure importante de mines et de villages de mineurs reliés par un réseau de lignes électriques. La plus grande part de ce réseau 6-10 KV est dangereuse pour les oiseaux. La longueur totale du réseau est de 322,56km. etc.....

Le nombre d'oiseaux morts estimés selon l'abondance moyenne ( 12,1 indiv. / 10 km de réseau), montre qu'uniquement lors de la migration de printemps environ 1500 rapaces meurent d'électrocution dont, Buse féroce ( 30,2%), Aigle des steppes ( 18,6%), Circaète (16,3%) et Aigle royal (14%).

 

 

 

 

THE EFFECTS OF ELECTROMAGNETIC FIELDS FROM POWER LINES ON AVIAN REPRODUCTIVE BIOLOGY AND PHYSIOLOGY: A REVIEW

 Kim J. Fernie, S. James Reynolds

Journal of Toxicology and Environmental Health, Part B, 8:127–140, 2005

 

Effets  des champs magnétiques autour des lignes électriques sur la biologie de la reproduction et la physiologie des oiseaux

 

Les lignes électriques sont communes dans le monde moderne et dans les zones urbaines du monde en voie de développement. Tous les courants électriques, y compris ceux transportés par des lignes électriques, génèrent des champs électriques et magnétiques (EMFs). Les lignes électriques, les pylônes et les poteaux sont utilisés par les oiseaux pour se percher, chasser et nicher. Par conséquent, beaucoup d'espèces d'oiseaux, comme l'espèce humaine, sont exposés aux EMFs au cours de leur vie.

Les EMFs ont été impliqués dans de nombreuses pathologies humaines, incluant l'augmentation des risques de maladies graves comme les leucémies, le cancer du cerveau, la sclérose latérale amyotrophique, la dépression, le suicide et la maladie d'Alzheimer. Beaucoup de recherches et de controverses existent autour de l'impact de l'exposition aux EMFs sur les systèmes cellulaire, endocrinien, immunitaire et reproductif chez les vertébrés. Les recherches en laboratoire ont utilisé les souris, les rats et les poulets pour les études d'EMFs pour mieux comprendre les effets de l'exposition pour l'homme. Néanmoins, l'exposition aux EMFs des oiseaux sauvages peut donner des informations sur l'impact des EMFs sur la santé humaine. Cette étude se concentre sur la recherche de l'impact des EMFs sur les oiseaux; la plupart des études indiquent que l'exposition aux EMFs modifie, mais pas toujours identiquement en effet et direction, leur comportement, succès reproducteur, croissance et développement, physiologie et endocrinologie, et le stress oxydatif. Une partie de ce travail concerne des oiseaux captifs, alors que l'autre s'est intéressé à des oiseaux en liberté exposés aux EMFs. Enfin, nous avons envisagé de futures orientations de recherches qui pourront permettre une meilleure compréhension des effets des EMFs sur la santé et la protection des vertébrés.

 

 

 

Suggested Practices for Avian Protection on Power Lines: The State of the Art in 2006.

 Avian Power Line Interaction Committee (APLIC). 2006

 Edison Electric Institute, APLIC, and the California Energy Commission. Washington, D.C and Sacramento, CA.

 

Bonnes pratiques pour la protection des oiseaux sur le réseau électrique.

L'électrocution des oiseaux sur les lignes électriques résulte de l'interaction de trois éléments: la biologie, l'environnement et la technologie. Les composants biologiques et environnementaux qui influencent le risque d'électrocution sont la taille corporelle, l'habitat, les proies, le comportement, l'âge, la saison et la météorologie.

Sur les 31 espèces de rapaces diurnes et les 19 espèces de nocturnes qui se reproduisent habituellement en Amérique du Nord, 29 ont été recensées comme victimes d'électrocution. Des électrocutions ont été relevées pour 30 espèces autres que des rapaces nichant en Amérique du Nord.....

L'électrocution des oiseaux intervient principalement sur des lignes parcourues par des voltages inférieurs à 60 kV. L'électrocution peut intervenir si un oiseau touche simultanément des équipements électriques soit phase/ phase soit phase/terre. L'écart entre les parties électrifiées et/ ou "à la masse" influence le risque d'électrocution sur une structure. L'électrocution peut intervenir lorsque la distance horizontale de séparation est inférieure à l'envergure ( poignet à poignet) d'un oiseau ou lorsque l'écart vertical est inférieur à la taille de l'oiseau ( pieds à la tête). Dans ce document, 150cm de séparation horizontale et 100cm en vertical sont recommandées pour les Aigles. .....

 

 

 

 

 

 

 

The state of the art in raptor electrocution research: A global review.

 Lehman, R.N., Kennedy, P.L., Savidge, S.A., 2007.

 Biological Conservation, 136: 159-174

 

Conception actuelle de la recherche sur l'électrocution des rapaces: une analyse complète.

Nous avons analysé de façon rigoureuse, la littérature sur l'électrocution des rapaces pour évaluer les techniques et méthodes d'études utilisées dans les recherches menées sur l'électrocution des rapaces, son amélioration, sa surveillance, en particulier les recherches originales publiées en Anglais. Nous nous sommes particulièrement intéressés aux effets de trois décennies d'efforts pour réduire l'électrocution des rapaces. La majorité de la littérature examiné provenait des Etats Unis, d'Europe de l'ouest  et d'Afrique du Sud. En dépit d'efforts intensifs et souvent soutenus de la part de l'industrie et des gouvernements, sur les trois continents pendant ces 30 années, la diminution de l'impact des électrocutions n'a été démontrée que dans peu d'études. Des estimations sérieuses de mortalité par électrocution sont en général indisponibles, à quelques exceptions près. Environ la moitié des 110 études, qui ont été analysées en détail, étaient des analyses rétrospectives de données historiques de mortalité, d'oiseaux bagués, ou des résultats d'autopsies de victimes reçues dans des services vétérinaires ou de pathologie. Parmi les études potentielles, moins de la moitié utilisaient des approches d'échantillonnages objectives et plusieurs ne donnaient pas assez d'informations pour valider le mode d'échantillonnage utilisé. A l'heure actuelle, peu de chercheurs peuvent démontrer la fiabilité des procédures standardisées de modernisation ou l'efficacité des techniques de contrôle. Le progrès à venir dans la réduction de la mortalité des rapaces sur le réseau électrique viendra d'études correctement ciblées qui offriront des taux estimés de mortalité, indiqueront les causes d'erreurs et incluront les prévisions concernant le danger et des techniques pour le réduire qui pourront être testées sur le terrain ou en laboratoire.

 

 

 

 

RAPTOR ELECTROCUTION PREVENTION REGULATIONS

Navajo Natural Heritage Program 2008

 

Réglementation pour la prévention du risque d'électrocution des rapaces

L'objectif de ces réglementations est d'aider à protéger les populations, menacées ou en danger, de rapaces sur le territoire de la Nation Navajo en établissant des règles pour toute construction de ligne électrique afin de se conformer aux techniques de construction de pylônes sécurisés pour les rapaces ( comme identifiés par l'Avian Power Line Interaction Committee) dans les secteurs définis sensibles pour les rapaces par le Département de Fish and Wildlife. Ces modèles de pylônes ont été testés comme étant efficace pour réduire les risques d'électrocution des rapaces et seront installés dans les secteurs les plus fréquentés par les rapaces sensibles de la Nation Navajo. Ces zones sont définies à partir de secteurs de nidifications connus des Aigles royaux, Aquila chrysaetos, Pygargues à tête blanche, Haliaeetus leucocephalus,  et Buse rouilleuse, Buteo regalis. Sont aussi compris dans ces zones, les secteurs connus pour recevoir des concentrations de rapaces hivernants.

 

 

 

Impact of Power Lines on Bird Mortality

in Southern Bulgaria

 Dimitar A. Demerdzhiev, Stoycho A. Stoychev, Tzeno H. Petrov, Ivaylo D. Angelov, Nedko P. Nedyalkov

  Acta zool. bulg., 61 (2), 2009: 175-183

 

Impact du réseau électrique sur la mortalité aviaire dans le sud de la Bulgarie.

 

La mortalité aviaire sur les lignes de 20 kV a été signalée dans quatre inventaires concernant le sud de la Bulgarie. Dans la période de Septembre à Décembre 2004, 139,3km de lignes électriques et au total 1418 pylônes de différents types ont été étudiés. Le résultat a été le suivant: 105 cadavres d'oiseaux représentant 22 espèces ont été découverts. L'électrocution est envisagée pour 77,1% (n=81) des victimes, alors que pour 22,9% (n= 24) la collision semblait probable. La plupart des victimes de collision (59%) étaient de petits Passeriformes. Des corvidés, des cigognes et des rapaces étaient parmi les victimes les plus communes. Le nombre d'électrocution par pylône mortel variait de 1 à 9. Treize pour cent de ces pylônes mortels accumulaient approximativement 30% des victimes. La mortalité différait avec le type de pylône et d'habitat. Cinq sortes de modèles de pylônes et une tour "interrupteur" ont été contrôlés au cours de l'étude. Les pylônes en métal avec des fils de connexion juste au dessous des structures se montraient comme étant la configuration la plus dangereuse; représentant 54,3% de la mortalité totale, constatée, par électrocution. La mortalité détectée causée par électrocution présumée était significativement plus haute dans les terres cultivées, offrant moins de sites disponibles pour se percher, que dans les zones naturelles. Une partie importante du réseau de lignes électriques est composé de pylônes dangereux. Des dispositifs de protection isolants devront être installés sur ces pylônes à risque.

 

 

 

Corrección de tendidos eléctricos con riesgo para la avifauna en las comarcas de Aragón.

  Gobierno de Aragón. 2010

  Departamento de Medio Ambiente, Gobierno de Aragón. Zaragoza.

 

Mesures d'amélioration des lignes électriques présentant des risques pour l'avifaune dans les circonscriptions d'Aragon

 Les récentes études sur la dynamique des populations, la dispersion des oiseaux et l'utilisation de l'espace ont démontré que les accidents sur le réseau électrique sont l'une des principales causes de la mortalité non-naturelle pour quelques unes des espèces menacées de grande valeur écologique dans notre Communauté Autonome. Le Gypaète barbu, l'Aigle de Bonelli, l'Aigle royal, le hibou Grand duc, le Faucon pèlerin, le Faucon crécerellette ou l'Outarde barbue sont quelques unes des espèces victimes des lignes électriques.

Le problème de la mortalité des oiseaux par les lignes électriques, collision ou électrocution, est beaucoup plus important qu'envisagé initialement et affecte principalement les oiseaux e grande envergure. Un problème qui, en plus d'occasionner d'importants déséquilibres de population chez des espèces très menacées, a un effet social par les incidents que provoquent les électrocutions  pour l'approvisionnement électrique, avec occasionnellement le risque de déclencher des incendies ou du moins des situations de risque majeur.

Devant cette situation, et en adéquation avec les politiques mises en place pour la protection et la conservation des espèces les plus emblématiques de la biodiversité aragonaise, le département de l'Environnement du Gouvernement d'Aragon a développé depuis des années un programme de mesures d'emménagement des lignes électriques présentant des risques pour l'avifaune.

 

 

 

 

RAPTOR SURVEYS OF HIGH POWER ELECTRIC LINES

AND AVIAN PROTECTION PLANS IN THE MONGOLIAN STEPPE

 ULAANBAATAR 2010

 ASIA RESEARCH CENTER

 

Le  Faucon sacré (Falco cherrug), le Faucon crécerellette (Falco naumanni), le Faucon crécerelle (Falco tinnuculus), la Buse de Chine (Buteo hemilasius), l'Aigle des steppes (Aquila nipalensis), et l'Aigle royal(Aquila chrysaetos) sont des espèces menacées. Dans la steppe, ces rapaces préfèrent nicher sur les poteaux en béton ou en bois et les pylônes de haute tension. Ces anciennes structures du réseau électrique provoquent la mort d'un grand nombre d'oiseaux par électrocution ou collision. Le cadre de l'étude concerne les lignes  de transport de 110 et 220 kV et celles de distribution de 6, 10, 15, et 35 kV en Mongolie centrale de 2007 à 2009. Pendant cette période, un total de 207 individus, appartenant à 13 espèces de rapaces menacées, sont morts, dans la zone d'étude, par électrocution, et les taux de mortalité sont en augmentation. La cause de ce fort taux d'électrocution sur ces lignes est due à la configuration des poteaux. Sur les lignes 6 et 10 kV, les poteaux ont des structures métalliques mises à la terre; sur les lignes 15 kV, les poteaux ont des isolateurs verticaux et des armatures métalliques à la terre, et les poteaux de tension ont des pontets au dessus des traverses. Un mauvais emplacement des épis anti-pose sur les lignes hautes tension entraine une augmentation de la mortalité. De plus, les câbles de connexion placés au sommet des armatures métalliques augmentent la mortalité. Les récentes mesures de protection ( épis, bandes..) mises en œuvre par les compagnies de distribution électrique, ne sont pas suffisantes pour protéger les oiseaux dans la nature. L'électrocution des oiseaux sur les lignes de 15 kV est une sérieuse préoccupation au niveau national et international; par conséquent, des mesures immédiates doivent être mises en place  pour rénover les poteaux afin de minimiser les dégâts. Bien que les collisions avec les câbles électriques tuent moins d'oiseaux que l'électrocution, un grand nombre de Syrrhapte paradoxal sont morts en 2008 après collision lors d'un inhabituel mouvement saisonnier dans le secteur étudié. Des marqueurs de câbles pourraient être installés afin d'être vus de loin, par les oiseaux. Le positionnement de ces marqueurs est variable en fonction du type de ligne électrique.  

 

 

 

 

 

Minimising mortality in endangered raptors due to power lines: the importance of spatial aggregation to optimize application of mitigation measures.

 Guil, F, Fernández-Olalla, M., Moreno-Opo, R., Mosqueda, I., García, M.E., Aranda, A., Arredondo, A., Guzmán, J., Oria, J., Margalida, A., González,

L.M. 2011.

  PLoS ONE 6(11): e28212

 

Atténuation de la mortalité des rapaces protégés causée par le réseau électrique.

 

Les électrocutions liées aux réseau électrique sont l'une des principales causes de mortalité non-naturelle, chez les rapaces. Dans un secteur du centre de l'Espagne, nous avons contrôlé 6304 pylônes de 333 lignes électriques pour déterminer les taux de mortalité, les facteurs environnementaux et de conception qui pourraient jouer sur les risques d'électrocution et l'efficacité des mesures d'atténuation des risques déjà mises en place. Un total de 952 rapaces électrocutés, appartenant à 14 espèces différentes, ont été recueillis. Les victimes étaient concentrés dans certains secteurs et les facteurs environnementaux associés avec une augmentation des électrocutions étaient: grand nombre de proies animales, plus grande couverture végétale, plus courte distance des routes. Les éléments structurels associés aux électrocutions étaient: plus courte chaine d'isolateurs, une phase ou plus au dessus de la traverse support, design en croix et rôle du pylône. Sur les 952 cadavres, il y avait 148 aigles dont des Aigles royaux (Aquila chrysaetos), des Aigles ibériques (Aquila adalberti) et des Aigles de Bonelli ( Aquila fasciata). Les aigles électrocutés se concentraient dans de plus petits secteurs que les autres rapaces. Les facteurs associés à l'augmentation du nombre d'électrocution des aigles étaient: la fonction du pylône, plus courte chaine d'isolateurs, terrains surplombants le pylône, et nombre de proies potentielles supérieur. Les pylônes avec de plus grandes chaines d'isolateurs avaient des taux moins importants d'électrocution que les pylônes sans cette amélioration, bien que cette technique soit inefficace pour les aigles. Les pylônes avec des isolations de câble avaient des taux d'électrocution plus élevés que des pylônes non équipés, bien que cette technique soit efficace pour les aigles, néanmoins cette méthode de protection est la plus largement utilisée et recommandée dans de nombreux pays.

Pour optimiser les mesures d'atténuation des risques, nos conclusions recommandent le remplacement des isolateurs à broche  par des isolateurs suspendus et l'allongement des chaines d'isolateurs. 

 

 

 

Conserving outside protected areas: avian electrocutions in the periphery of Special Protection Areas for birds.

Pérez-García, J.M.; Botella, F.; Sánchez-Zapata, J.A.; Moleón, M. 2011.

 Bird Conservation International 21: 296-302.

 

La conservation en dehors de zones protégées: effets de bordure et électrocutions aviaires à la périphérie des Zones Spéciales de Protection

Les électrocutions par le réseau électrique sont l'un des principaux problèmes pour les rapaces et autre oiseaux de grande taille à plus grande échelle. La récente législation espagnole basée sur les lois européennes sur l'électrocution aviaire a concentré l'attention sur les SPA. Nous évaluons ici si cette politique a été payante en utilisant la Communauté de Valence comme modèle régional. Nous avons rassemblé une base de données de 400 électrocutions à partir d'information issue de centre de soins d'animaux sauvages et d'incidents enregistrés par la principale compagnie locale de distribution d'électricité au cours des 10 dernières années. Une faible proportion (18%) des incidents d'électrocution est survenue dans les SPA mais dans la zone de 5 km ceinturant les SPA il y avait trois fois plus d'incidents (60% du total enregistré). Ceci est surement causé par à la fois un plus grand nombre de lignes électriques et d'oiseaux vulnérables, et une plus grande utilisation des pylônes comme perchoir ou nichoir dans les secteurs à la périphérie des SPA. Nous concluons, donc, que l'objectif des mesures préventives appliquées à l'intérieur des SPA n'est pas atteint et que l'action doit être dirigée vers les zones périphériques. Nos résultats illustrent le problème classique de l'effet de bordure associé à une zone protégée, où les interventions humaines affectent directement le maintien d'espèces protégées dans les réserves. De même, ils prouvent que les stratégies de gestion à l'intérieur de parcs ne peuvent être indépendantes des activités humaines qui les entourent.

 

 

 

REVIEW OF THE CONFLICT BETWEEN MIGRATORY BIRDS AND ELECTRICITY POWER GRIDS IN THE AFRICAN-EURASIAN REGION

 Prinsen, H.A.M., G.C. Boere, N. Píres & J.J. Smallie (Compilers), 2011

CMS Technical

Series No. XX, AEWA Technical Series No. XX. Bonn, Germany.

 

 

 

Lignes directrices sur la façon d’éviter ou d’atténuer l’impact des lignes électriques sur les oiseaux migrateurs dans la région

Afrique-Eurasie

 Prinsen, H.A.M., J.J. Smallie, G.C. Boere & N. Píres (Compilers), 2012.

Lignes directrices de conservation de l’AEWA no 14, Série technique de la CMS n° 29,

Série technique de l’AEWA n° 50, Série technique n° 3 du MdE Rapaces de la CMS, Bonn, Allemagne

 

 

Du fait de leur taille et de leur importance, les infrastructures électriques aériennes représentent des risques significatifs pour les oiseaux si certaines mesures préventives ne sont pas prises. La plupart des lignes aériennes (qu’il s’agisse des lignes moyenne tension ou des lignes moyenne à haute tension) présentent des risques potentiellement mortels de collisions et d’électrocutions pour les oiseaux. Il y a collision d’oiseau quand, en volant, celui-ci heurte physiquement un câble aérien. En général l’oiseau est tué par l'impact avec le câble, ou l’impact consécutif avec le sol ou bien meurt de ses blessures. L’électrocution d’un oiseau se produit quand celui-ci entre simultanément en contact avec deux éléments électrisés ou bien un élément électrisé et un autre relié au sol (mis à la terre), tel que la structure du pylône. Il s’en suit un court-circuit, le courant électrique passant à travers le corps de l'oiseau, et donc son électrocution, souvent accompagné d’une panne de courant.

Les lignes électriques sont une des causes majeures de morts non-naturelles des oiseaux dans une grande partie des voies de migration Afrique-Eurasie avec, par exemple, ce que l’on estime être plusieurs millions de victimes chaque année en Allemagne seulement (Hoerschelman et al., 1988). Dans plusieurs pays européens, une proportion relativement importante de victimes de collisions implique des espèces menacées figurant à l’annexe I de la Directive sur les oiseaux, ex : la spatuleblanche (Platalea leucorodia) et la barge à queue noire (Limosa limosa) aux Pays-Bas, ainsi que les grouses et différentes espèces d'aigles en Espagne, au Portugal et en Hongrie. On estime que le problème est également sérieux en Afrique. Ainsi, en Afrique du Sud on considère que la survie des espèces comme la Grue bleue (Anthropoides paradise) et l’Outarde de Ludwig (Neotis ludwigii) est sérieusement menacée du fait des collisions avec les lignes électriques. Malheureusement, on manque de données concrètes sur la plus grande partie du continent.

Bien que de nos jours, l’électrocution ne soit pas un véritable problème en Europe de l’ouest, où laplupart des lignes basses tension ont été enterrées, il existe quand même un grand nombre de pays, à la fois en Europe et ailleurs le long des voies de migration africaines et eurasiennes, où les lignes moyenne et basse tension n'ont pas été équipées de systèmes d'atténuation convenables. Dans ces pays l’électrocution est une menace sérieuse pour nombre de populations, en particulier pour les cigognes et les rapaces qui construisent leurs nids sur les pylônes électriques ou qui utilisent les pylônes comme perchoirs. Certains indicateurs nous montrent qu'en ce qui concerne certaines espèces d’oiseaux, en particulier les espèces de grandes tailles, l’électrocution peut être la cause la plus sérieuse de mortalité ; plus encore que le trafic routier (Haas et al., 2005). L’électrocution des oiseaux ne se résume pas à un problème de conservation, il a aussi pour conséquences de sérieux problèmes économiques et financiers du fait de l’interruption de l’alimentation électrique, c’est donc une cause de préoccupation pour les entreprises d'électricité.

Malheureusement, un grand nombre d’entreprises d'électricité n’ont pas connaissance, ou sont

réticentes à l’idée de mettre en œuvre les dispositions de sécurité les plus modernes pour les oiseaux. Des changements judicieux quant à l’emplacement des lignes et aux changements des structures (avec le marquage des lignes aériennes et les modifications pour éviter les électrocutions) peuvent efficacement réduire de 50% au moins les risques que subissent les oiseaux.

 

 

 

Birds and power lines From conflict to solution

 Miguel Ferrer 2012

 Fundacion Migres; Endesa

 

Le réseau de transport d'énergie électrique qui transmet l'électricité des centres de production aux sous stations et les lignes qui distribuent ensuite cette énergie forment une vaste toile d'araignée dans l'environnement et, inévitablement,  nécessitent un certain degré de protection. Cet inévitable état de fait génère un certain coût environnemental et tous les efforts réalisés pour minimiser leur impact se conclue par l'ouverture d'un conflit classique entre la gestion efficace des infrastructures électriques ( sub stations et lignes électriques) et la conservation de la biodiversité.....

 

 

 

 

Avian mortalities due to transmission line collisions: a review of current estimates and field methods with an emphasis on applications to the Canadian electric network

 Sébastien Rioux , Jean-Pierre L. Savard & Alyssa A. Gerick  2013  

 Avian Conservation and Ecology 8(2): 7

 

Mortalité aviaire attribuable aux collisions avec les lignes de transport d’électricité : une revue des estimations actuelles et des méthodes de terrain avec un accent sur les applications au réseau électrique canadien

 

 Les oiseaux sont vulnérables aux collisions avec les structures fixes d’origine anthropique. Malgré le développement continuel et l’augmentation du nombre d’infrastructures, nous avons peu d’estimations sur l’ampleur de la mortalité par collision.

Nous avons procédé à une revue de la littérature touchant la mortalité aviaire associée aux lignes de transport d’électricité et avons calculé une estimation préliminaire pour le Canada. L’estimation de la mortalité attribuable aux collisions avec les lignes électriques pose un défi en raison du manque d’études, particulièrement au Canada, et de l’incertitude quant à l’ampleur des biais dans la détection. La détection des collisions aviaires avec les lignes électriques varie en fonction du type d’habitat, de la taille de l’espèce et des taux de disparition des carcasses par les charognards. De plus, les oiseaux peuvent être blessés à la suite d’une collision et en mourir par la suite, mais les taux de blessures mortelles sont peu connus et rarement inclus dans les estimations. Nous avons utilisé des données existantes pour calculer différentes estimations de la mortalité aviaire attribuable à ce type de collision au Canada, en incluant les erreurs relatives à la détection, à la prédation par les charognards et aux blessures mortelles. Il y a 231 966 km de lignes de transport d’électricité au Canada, surtout situées en forêt boréale. Les estimations de la mortalité s’étendaient de 1 à 229,5 millions d’oiseaux par année, une fois les corrections faites pour tenir compte des erreurs.

L’estimation la plus réaliste, en tenant compte de la variabilité du risque selon l’endroit au Canada, se situe entre 2,5 et 25,6 millions d’oiseaux morts par année.

D’après des données issues de nombreuses études réalisées au Canada et dans le nord-est

des États-Unis, les groupes d’oiseaux les plus vulnérables sont : 1) la sauvagine; 2) les grèbes; 3) les limicoles; et 4) les grues.

Les populations de plusieurs groupes d’oiseaux vulnérables aux collisions sont en augmentation au Canada (p. ex. sauvagine, rapaces), ce qui indique que la mortalité attribuable aux collisions, selon les estimations actuelles, ne limite pas la croissance

des populations. Toutefois, cette mortalité peut avoir un impact sur d’autres espèces en déclin, comme les limicoles et certaines espèces en péril, y compris le Cygne trompette (Cygnus buccinator) en Alberta et la Grue blanche (Grus americana) dans l’Ouest du Canada, espèce en voie de disparition. Il se peut que les collisions soient plus fréquentes durant les  migrations, ce qui fait ressortir la nécessité de bien comprendre les impacts tout au long du cycle annuel. Nous insistons sur le fait que les estimations présentées sont préliminaires, surtout parce qu’il n’y a pas encore d’études canadiennes.

 

 

 

Factors Influencing Bird Mortality Caused by Power Lines

within Special Protected Areas and undertaken Conservation

Efforts

  Dimitar A. Demerdzhiev

Acta zool. bulg., 66 (2), 2014: 411-423

 

 Facteurs influençant la mortalité des oiseaux causée par les réseau électrique dans les Zones de Protection Spéciale efforts de Conservation entrepris.

 

L'électrocution et la collision avec les câbles ont des niveaux divers en ce qui concerne leur impact négatif sur différents groupes d'oiseaux. Dans cette étude, 25 lignes d'alimentation électrique d'une longueur de 204,1km ont été contrôlées dans une SPA. Le nombre total de pylônes surveillés, de différents types, était de 2116. Un total de 297 victimes de 46 taxons différents, appartenant à 11 espèces a été identifié. Les victimes d'électrocution représentaient 69,02% du nombre total de décès enregistrés. Les espèces qui avaient mouraient le plus souvent par électrocution appartenaient à l'ordre des Ciconiiformes (27%) et des Corvidés (29%). Les espèces avec le plus haut taux de mortalité lié à l'électrocution étaient: la Cigogne blanche (24,39%), la Buse variable (12,68%), la Corneille mantelée (9,76%) et la Pie bavarde (8,29%). Les espèces qui étaient le plus souvent victimes de collision avec les lignes étaient: la Cigogne blanche (21,7%), la Buse variable et l'Etourneau sansonnet avec chacun 7,6%. Le plus grand nombre de victimes était trouvé en terrain plat, une moyenne de 3,33 ± 6,34, suivi par des reliefs élevés ( pentus ) 2,05 ± 4,43. Le plus haut d'électrocution mortelle a été enregistré dans des habitats ouverts de prairie, comprenant des pâturages et des terres non-cultivées (KR= 0,11). Le plus grand nombre de victimes, une moyenne de 3,29 ± 8,75 a été établi pendant la migration.