New and unusual ectoparasites on raptors

 Schulz TA. 1990.

 Wildlife rehabilitation, Vol. 8. pp. 205-213.

 

Nous présentons une vue d'ensemble des ectoparasites communs et de nouvelles et inhabituelles formes trouvées chez les rapaces. Les parasites classiquement rencontrés comprennent: les mallophages; les hippoboscidés; les calliphoridae, Protocalliphora [P.B. Tirrell (1978) Raptor Research, 12: 21-27]; les puces, Echidnophaga gallinacea; les cimicidés, Haematosiphon inodorus; et les poux, Dermanyssus gallinae and Ornithonyssus sylviarum. Les nouvelles formes d'ectoparasites incluent : la mouche Carnus hemapterus [see e.g. R.E. Fitzner & N.E. Woodley (1983) Raptor Research, 17: 28-29] avec des informations sur son mode alimentaire et sa biologie; une simulidae, dont la piqure provoque une blépharite; une espèce non-décrite de mite, Harpyrhynchus sp., entrainant la perte de plume chez l'Aigle royal, Aquila chrysaetos; et un acarien, Knemidokoptes mutans, chez le Hibou Grand Duc d'Amérique, Bubo virginianus. La pathologie et le traitement sont présentés.

 

 

 

 

 

Sarcocystosis-Associated Clinical Encephalitis in a Golden Eagle (Aquila chrysaetos)

   J. P. Dubey, Stuart L. Porter, Arthur L. Hattel, David C. Kradel, Michael J. Topper, Linda Johnson and Stewart L. Porter 1991

 Journal of Zoo and Wildlife Medicine

 

  Un aigle royal, Aquila chrysaetos, avait une légère inclinaison de la tête depuis plusieurs mois. Après plusieurs mois de captivité, il mourût et fût autopsié. La principale lésion était une méningo-encéphalite caractérisée par une nécrose du neuropile, une vascularite et une infection des cellules mononucléaires. Le parasite se multiplie par schizogonie. Beaucoup de schizontes sont présents dans les vaisseaux sanguins d'environ 10-20 x 6-15 μm et contiennent jusqu'à 20 merozoites. Les parasites se colorent avec l'antiserum Sarcocystis cruzi  mais pas avec les antisera Toxoplasma gondii et Neospora caninum antisera. cela semble être le premier constat d'Encéphalite à protozoaire ( Sarcocystis neurona) chez un rapace.

 

Metastatic cholangiocellular carcinoma and renal adenocarcinoma in a golden eagle (Aquila chrysaetos)

 Igor Mikaelian, Robert Patenaude, Christiane Girard & Daniel Martineau

 Avian Pathology  Volume 27, , 1998

 

Un aigle royal (Aquila chrysaetos) mâle maintenu en captivité âgé de 33 ans présentant des problèmes d'émaciation chronique et de faiblesse a été autopsié. Le foie était déformé par de nombreux nodules coalescents blancs, fermes et mal délimités. L'examen histologique de ces masses a révélé des tumeurs infiltrantes composées de structures canaliculaires tapissées par des cellules en bague à chaton empilées de façon désordonnée. L'examen ultrastructural a montré que ces cellules étaient associées les unes aux autres par des complexes de jonction et que leur pôle apical était bordé par une grande quantité de microvillosités. Sur un plan morphologique, cette tumeur apparaissait comme un carcinome cholangiocellulaire peu différencié. Des métastases étaient présentes dans les reins, les testicules, les poumons, les sacs aériens, le péricarde, le pancréas, les surrénales et les méninges. De plus, deux masses nodulaires beiges (de 11 et de 2 mm de diamètre) étaient présentes dans la partie apicale du rein gauche. L'examen histologique de ces masses a révélé des tumeurs localement infiltrantes formées par des tubules bien différentiés bordés par un épithélium cylindrique. Ces tumeurs ont été classées en adénocarcinomes rénaux bien différentiés. Cette observation semble être le premier cas décrit de deux tumeurs malignes simultanées chez un oiseau de proie.

 

 

 

 

 

 

  Short-term oscillations in avian molt intensity: Evidence from the golden eagle Aquila chrysaetos

 Ellis, D.H.; Lish, J.W.; Kery, M.; Redpath, S.M 2006

  Journal of Avian Biology Vol 37,  6

 

 Variations à court terme du niveau de mue aviaire: les preuves obtenues chez l'Aigle royal.

 

Après une étude sur une année de la mue chez l'Aigle royal, Aquila chrysaetos, nous avons enregistré 2069 tectrices remplacées en 137 j (6 Mai- 19 Septembre); Peu de tectrices ont été perdues en dehors de cette période. A partir de comptages quotidiens de plumes perdues, et en utilisant une analyse des séries chronologiques, nous avons identifié des variations à court terme ( par ex., sous cycle de 19j) autour d'un maximum de milieu d'été (par ex. distribution normale désaxée sur la gauche). Du fait que ces cycles n'ont jamais été préalablement décrits et que les bases physiologiques de beaucoup d'aspects de la mue aviaire sont mal connus, nous proposons uniquement des explications hypothétiques concernant le mode de contrôle de ces sous-cycles.

 

 

 

Fecal steroid monitoring for assessing gonadal and adrenal activity in the golden eagle and peregrine falcon

  Airica M. Staley, Juan M. Blanco, Alfred M. Dufty Jr, David E. Wildt, Steven L. Monfort

Journal of Comparative Physiology B

August 2007, Volume 177, Issue 6, pp 609-622

Contrôle des stéroïdes fécaux pour évaluer l'activité gonadique et surrénalienne chez l'Aigle royal et le Faucon pèlerin.

Nous examinons l'efficacité d'un contrôle non invasif de la fonction endocrine par le biais d'immunoessais des stéroïdes fécaux chez l'Aigle royal et le Faucon pèlerin. Les analyses des métabolites de glucocorticoïdes fécaux (fGCM) par chromatographie liquide à haute pression révèlent qu'un faible pourcentage de fGCM immunoréactifs coéluaient avec [3H]corticosterone dans les deux sexes chez les Aigles (2,5-2,7%) et les faucons (7,5-11,9%). Au contraire, la plupart des métabolites d'œstrogène fécal chez l'Aigle et la femelle Faucon pèlerin coéluaient avec l'estradiol-17β radiomarqué ([3H]; 57.6, 64.6%, respectivement)ou l'estrone ([3H]; 26.9, 4.1%, respectivement). La plupart des métabolites de progestérone fécale, immunoréactivité chez la femelle Aigle (24,8%) et Faucon (21,7%), coéluaient avec la progestérone ([14C]). La plupart des métabolites d'androgènes fécaux, immunoréactivité chez l'Aigle (55,8%) et le Faucon (63,7%) coéluaient avec la testostérone ([14C]). L'hormone adrénocorticotrope exogène induit une excrétion des fGCM par rapport au prétraitement chez les deux espèces, mais uniquement significative chez l'Aigle. Les deux espèces montraient une augmentation des fGCM après administration saline, suggérant la détection de stress induit par la manipulation. Les deux espèces montraient une recirculation entéro-hépatique et rénale des stéroïdes administrées comme démontré dans les modèles d'excrétion bi et tri-phasiques. Donc, le contrôle non-invasif des hormones fécales est un outil conforme et porteur d'espoir pour évaluer le statut gonadique et surrénalien chez les rapaces rares et menacés.

 

West Nile Virus in Golden Eagles, Spain, 2007

Miguel Angel Jiménez-Clavero, Elena Sotelo, Jovita Fernandez-Pinero, Francisco Llorente, Juan Manuel Blanco, Julia Rodriguez-Ramos, Elisa Perez-Ramirez, and Ursula Höfle

Emerging  Infectious Disease 2008 (Sep)vol 14,n°9 1489-1491

 

Le Virus du Nil Occidental chez l'Aigle royal, en Espagne, 2007

 

Bien que le West Nile Virus n'ait pas été isolé en Espagne, plusieurs études récentes mettent en évidence sa circulation dans ce pays (1-5). Nous rapportons, ici, l'identification de ce virus (WNV) chez deux Aigles royaux, Aquila chrysaetos.

 

Green plant material versus ectoparasites in nests of Bonelli’s eagle

 D. Ontiveros, J. Caro & J. M. Pleguezuelos 2007

 Departamento de Biolog´ıa Animal, Facultad de Ciencias, Universidad de Granada, Granada, Spain

 Journal of Zoology ]] (2007) 1–6

 

La composition du nid en végétation et arthropodes a été étudiée dans une population d'Aigles de Bonelli, Hieraaetus fasciatus, dans le sud de l'Espagne, en lien avec la disponibilité des plantes dans les territoires et le succès reproducteur des couples. Les végétaux provenaient invariablement d'arbres et d'arbustes, les pins et les chênes représentant 78% du poids des matériaux du nid. Tous les couples d'aigles disposant de Pinus pinaster dans leurs territoires les sélectionnaient particulièrement pour végétaliser les nids. cette espèce de pina pour particularité de posséder  un taux élevé de composés aromatiques, en particulier le ß-pinène, extrèmement répulsif pour les insectes. La quantité de branchages verts dans le nid etait corrélé avec une plus faible présence d'ectoparasites dans ces nids (larves de mouches de la viande, Protocalliphora), et un plus haut taux reproducteur du couple. Nous discuterons de la possibilité qu'un processus de coévolution entre parasites et leurs hôtes ait induit une stratégie particulière de nidification des aigles pour améliorer leur succès reproducteur.

 

Haematology and serum biochemistry of golden eagle (Aquila chrysaetos) in Iran

S. Nazifi, A. Nabinejad, M. Sepehrimanesh, S. L. Poorbaghi, F. Farshneshani, M. Rahsepar

Comparative Clinical Pathology

August 2008, Volume 17, , pp 197-201

 

Les valeurs hématologiques et biochimiques sériques des Aigles royaux, Aquila chrysaetos, en Iran

 

Les valeurs hématologiques et biochimiques sériques ont été mesurées dans des échantillons de sang appartenant à 21 Aigles royaux (Aquila chrysaetos) des deux sexes. Les valeurs moyennes de globules rouges, l'hématocrite, hémoglobine, globules blancs, hétérophiles, lymphocytes, monocytes et éosinophiles étaient: 1.63 ± 0.11 × 1012/l, 0.47 ± 0.009 l/l, 91.73 ± 1.52 g/l, 24.31 ± 1.97 × 109/l, 4.40 ± 0.22 × 109/l, 16.81 ± 0.65 × 109/l, 0.99 ± 0.19 × 109/l and 2.10 ± 0.30 × 109/l, respectivement. Les leucocytes étaient 69.14%, 4.09%, 18.12% and 8.65% lymphocytes, monocytes, hétérophiles and éosinophiles, respectivement. Les résultats  de chimie sanguine chez les Aigles royaux indiquaient que les concentrations de glucose, protéines totales, albumine, globuline totale, cholestérol, triglycérides, acide urique, azote uréique sanguin, créatinine, calcium, phosphore, aspartate aminotransférase, alanine aminotransférase, créatine kinase, lactate déshydrogénase et  phosphatase alcaline étaient 16.42 ± 0.73 mmol/l, 49.76 ± 1.35 g/l, 20.46 ± 0.79 g/l, 29.30 ± 1.47 g/l, 2.14 ± 0.09 mmol/l, 2.04 ± 0.08 mmol/l, 457.67 ± 97.46 μmol/l, 2.74 ± 0.17 mmol/l, 53.27 ± 3.87 μmol/l, 2.37 ± 0.24 mmol/l, 1.73 ± 0.08 mmol/l, 293.24 ± 18.96 IU/l, 28.21 ± 2.36 IU/l, 411.29 ± 58.37 IU/l, 1,209.89 ± 21.73 IU/l and 67.31 ± 5.29 IU/l, respectivement. Il n'y avait pas de différence significative entre les paramètres hématologiques et biochimiques sériques du male et de la femelle Aigle royal (P > 0.05).

 

 

 

 

 

Avian pox infection with secondary Candida albicans encephalities in a juvenile golden eagle (Aquila chrysaetos).

 Shrubsole-Cockwill AC, et al. 2010

Journal of Avian Medicine and Surgery.

 

Nous avons examiné un Aigle royal juvénile, Aquila chrysaetos, qui présentait des lésions épithéliales prolifératives, correspondant à une infection au poxvirus aviaire, autour des yeux, sur les commissures du bec, et sur les deux tarses. Malgré les soins, l'aigle a cliniquement baissé, et, 15 jours après son entrée, l'aigle a commencé à convulser et a été euthanasié en raison du pronostic défavorable. A l'autopsie, l'infection au poxvirus aviaire a été confirmée dans les lésions cutanées nodulaires, Candida albicans a été mis en culture à partir de la peau, des poumons et du cerveau. Des brèches de la barrière cutanée liées à l'infection au poxvirus ont probablement débouché sur une infection secondaire à Candida albicans. La dissémination vasculaire systémique du Candida albicans au cerveau a entrainé thrombose, hémorragie, hypoxie locale et les convulsions observées cliniquement. La combinaison des brèches au niveau du système immunitaire primaire, de l'immunosuppression et d'un traitement prolongé par antibiotiques ont été les facteurs contributifs à une infection fongique opportuniste chez cet aigle.

Candida albicans pourrait être considéré comme un diagnostic différentiel à l'encéphalite chez un patient aviaire au système immunitaire affaibli.

 

 

 

The normal electrocardiogram of conscious golden eagles (Aquila chrysaetos).

 Hassanpour H, Moghaddam AK, Bashi MC.

 J Zoo Wildl Med. 2010 Sep;41(3):426-31

 

Electrocardiogramme normal chez un aigle royal, Aquila chrysaetos, conscient.

 

 L'objet de cette étude est la description d'un tracé d'électrocardiogramme normal et de ses valeurs chez un aigle royal, Aquila chrysaetos, conscient. Des électrocardiogrammes standards, mesure bipolaires et unipolaires augmentées, ont été enregistrés sur des Aigles royaux. Les ondes ont été analysées dans toutes les dérivations, à 50mm/s et à 10mm= 1mV pour définir les durées de l'onde P, de l'intervalle PR, du complexe QRS, de l'intervalle ST et de QT, et les amplitudes de P, du complexe QRS et de l'onde T. La polarité de chaque onde a été présentée sous forme de tableau pour chaque dérivation.... La fréquence cardiaque moyenne était de 346,7± 14,29 pulsations/min.

 

 

 

 

 

Natural fatal Sarcocystis falcatula infections in free-ranging eagles in North America.

Wuchmann, Arno; Rejmanek, Daniel; Conrad, Patricia A; Hall, Natalie; Cruz-Martinez, Luis; Vaughn, Samuel B; Barr, Bradd C   2010-03-01

 J Vet Diagn Invest.22(2):282-9.

 

Infections létales à Sarcocystis falcatula chez des Aigles , en liberté, en Amérique du Nord

 

Trois Pygargues à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus, et un Aigle royal, Aquila chrysaetos, ont été admis dans un centre de soins présentant une émaciation, léthargie et incapacité de vol. Nous avons trouvé des schizontes intra vasculaires et des merozoites chez deux Pygargues, principalement dans les tissus pulmonaires, alors que le troisième Pygargue et l'Aigle royal présentaient une encéphalite lympho-histiocytaire avec des schizontes et des merozoites intra lésionnels. Chez tous les aigles, des kystes protozoaires étaient présents dans la musculature squelettique et le cœur.  Les organismes protozoaires étaient morphologiquement proches de Sarcocystis sp. Par immunohistiochimie, les merozoites protozoaires  répondaient positivement aux antigènes Sarcocystis falcatula,  dans tous les cas, lorsque l'on utilisait des sera polyclonaux. Par ailleurs, les protozoaires ont été identifiés comme identiques à S. falcatula par réaction en chaine par polymérase dans 3 des 4 cas. A la connaissance des auteurs, cette étude rapporte les premiers cas d'infection naturelle à S. falcatula, chez les aigles, ayant entrainé la mort des individus

 

 

 

 

 

Surgical treatment of bumblefoot in a captive golden eagle (Aquila chrysaetos)

 Seyedeh Leila Poorbaghi, Moosa Javdani, Saeed Nazifi

Veterinary Research Forum. 2012; 3 (1) 71 - 73

 

L'Aigle royal est un des plus grands oiseaux vivant dans le monde. La pododermatite plantaire ou bumble-foot est un état caractérisé par des lésions causées par la mise à disposition de perchoirs inadaptés, en plastique, aux angles affutés, irritants pour la voute plantaire de oiseaux. A Fars, province d'Iran, une jeune femelle Aigle royal, Aquila chrysaetos, a été présentée à la clinique vétérinaire de l'Université de Shiraz avec des signes cliniques de boiterie. Un examen clinique a été pratiqué ainsi que des examens complémentaires comme une prise de sang, radiographie et examen bactériologique. Une intervention chirurgicale a été pratiquée pour enlever les croutes, pus et tissus nécrosés de l'abcès situé à la plante du pied de la patte de l'oiseau. et permettre la guérison de la peau de cette zone. Après l'intervention, un bandage adapté, des antibiotiques à large spectre, et des vitamines ont été administrés. Corynebacterium, bactérie Gram+,(correction rédac), a été isolée dans le pus extrait de l'abcès. Après l'intervention chirurgicale, l'enflure s'est résorbée, la peau de la voute a cicatrisé, et les signes de boiterie ont disparu. Afin d'éviter la pododermatite plantaire, il est nécessaire de mettre des perchoirs adaptés à disposition des oiseaux. Une vitaminothérapie complémentaire est conseillée pour favoriser les défenses du système tégumentaire

 

 

 

Knemidocoptic Mange in Wild Golden Eagles, California, USA

 Aslı Mete, Nicole Stephenson, Krysta Rogers, Michelle G. Hawkins, Miranda Sadar, David Sanchez-Migallon Guzman, Douglas A. Bell, Kenneth S. Smallwood, Amy Wells, Jessica Shipman, and Janet Foley

 Emerging Infectious Diseases Vol. 20, No. 10, October 2014

 

 Cas de Gale chez des Aigles royaux sauvages en Californie

 

 En Californie, Etats Unis d'Amérique, pendant la période 2012-2013, trois aigles royaux sauvages ont été trouvés avec de graves problèmes dermatologiques, deux en sont morts. La cause était un acarien rare, proche des Knemidocoptes derooi. La discussion portera sur les dispositifs de surveillance des populations d'aigles, de leur habitat et de leur maladies.

 Les knemidocoptidés sont des acariens qui provoquent des alopécies, acanthosis, hyperkératoses, prurit, lésions des plumes, inappétence et quelques fois la mort des oiseaux. L'infestation est manifestement plus grave chez des oiseaux vieux, malades blessés, stressés ou malnutris. La plupart des travaux  décrivent les acariens comme Knemidocoptes mutans et K. gallinae affectant les gallinacées et comme K. pilae et K. jamaicensis touchant les animaux de compagnie et les oiseaux exotiques en captivité. Bien que rarement létales, des épizooties parmi les oiseaux sauvages ont été décrites; la plupart des rapaces concernés étaient en captivité ou dans des centres de soins. Nous décrivons  les pathologies provoquées par une espèce rare d'acarien sur un des trois aigles royaux, Aquila chrysaetos, pendant la manifestation de knemidocoptosis.

 

 

 

 

 

Clinical, pathological, and immunohistochemical findings in bald eagles (Haliaeetus leucocephalus) and  golden eagles (Aquila chrysaetos) naturally infected with West Nile virus.

 Wünschmann A, Timurkaan N, Armien AG, Bueno Padilla I, Glaser A, Redig PT. 2014

 J Vet Diagn Invest. 26(5):599-609.

 

  Observations cliniques, pathologiques et immuno-histochimiques chez le Pygargue à tête blanche, Haliaeetus leucocephalus, et l'aigle royal, Aquila chrysaetos, infectés par le West Nile Virus.

 

 Quinze Pygargues et trois Aigles royaux ont été diagnostiqués porteurs de la maladie de "l'Ouest du Nil" du fait de:  1/ la présence de lésions du cerveau, des yeux et du cœur; 2/ détection d'antigènes viraux dans le cerveau, les yeux, le cœur, les reins, et/ou le foie par immunohistochimie; 3/détection d'ARN viral dans des échantillons de tissus et/ou dans le liquide céphalorachidien par réaction en chaine de la polymérase (PCR), et/ou  4/ détection du West Nile virus (WNV) -anticorps spécifiques dans le liquide céphalorachidien par test de séroneutralisation. Les graves lésions associées au WNV incluaient une nécrose cérébrale généralisée avec hydrocéphalie (7/15 Pygargues), une exsudation de fibrine dans le fundus (fond d'œil) chez l'Aigle royal, lésions rétiniennes chez un Pygargue, et une pâleur myocardique et cœur apicalement arrondi chez 4 Pygargues. Les lésions histologiques comprennent l'encéphalite lymphoplasmacytaire, plus importante dans le cortex (17 aigles), pathologie de l'anus lymphoplasmacytaire et choroïdite ( 15 et 8 aigles respectivement), et myocardites (12aigles). L'antigène du WNV a été détecté chez la majorité des aigles dans les neurones du cerveau ( cerveau et cervelet), et moins fréquemment dans les neurones de la rétine, cellules épithéliales des tubuli rénaux et les cardiomyocytes. La maladie du WN a été identifiée chez deux Pygargues à partir de l'existence de nécroses cérébrales et de la présence d'anticorps spécifiques dans le LCR malgré l'absence d'antigènes viraux et d'ARN. En conclusion, le WNV cause des troubles létaux chez les Pygargues et les Aigles royaux.  Une variété de lésions graves et histologiques suggèrent l'existence de la maladie du WNV chez beaucoup d'Aigles. La combinaison de la détection d'antigènes viraux et/ou d'ARN ou d' anticorps viraux spécifiques peut s'avérer utile pour confirmer le diagnostic

 

 

 

 

 

Peripheral nerve sheath tumor in a subadult golden eagle (Aquila chrysaetos).

 Wernick, Morena Bernadette; Dennler, Matthias; Beckmann, Kathrin; Schybli, Martina; Albini, Sarah; Hoop, Richard K; Steffen, Frank; Kircher, Patrick; Hatt, Jean-Michel 2014

 

Tumeur d'une gaine nerveuse périphérique chez un Aigle royal, Aquila chrysaetos, sub-adulte.

 

Une femelle Aigle royal, âgée de 5 ans, a été hospitalisée avec une tétraplégie qui à évolué en une incapacité à se déplacer, quadriparésie spastique après quelques jours de traitement. Les examens cliniques et radiologiques, comprenant radiographie, tomodensitométrie et myélographie, indiquaient une néoplasie concernant une racine nerveuse rachidienne. Post mortem, l'imagerie par résonance magnétique et les résultats d'autopsie ont confirmé le diagnostic d'une néoplasie touchant une gaine nerveuse périphérique, ce qui, à notre connaissance, n'avait pas été précédemment chez un rapace.

 

.

 

 

 

 

The Causes of Eagle Mortality in Saskatchewan, 1992-2012

 Steven J. SCOTT and Trent K. BOLLINGER

CWBM 2015: Volume 4, Number 1

 

  Causes de la mortalité des Aigles dans le Saskatchewan, 1992-2012

 

Les dossiers de diagnostic de 227 Pygargues à tête blanche, haliaetus leucocephalus, et de 78 Aigles royaux, Aquila chrysaetos, recueillis dans le Saskatchewan, entre 1992 et 2012, ont été analysés pour identifier les causes fréquentes de mortalité. La cause la plus fréquente pour le Pygargue était la toxicose (53%), suivi par les traumatismes (22%), l'électrocution (6%), les maladies infectieuses (4%), la malnutrition (3%) et des affections idiopathiques (2%). Les traumatismes et la toxicose étaient équitablement responsables de la mortalité des Aigles royaux (28%). Globalement, 77% des toxicoses étaient attribuées aux pesticides contenant des organophosphates et des carbamates, et 22% étaient attribuées au plomb. Les collisions avec des automobiles étaient responsables de la majorité (18%) de la mortalité traumatique pour laquelle les causes de la mort étaient connues. Pasteurolla multocida et Aspergillus fumigatus étaient les causes de maladies infectieuses les plus communes, respectivement, pour les Pygargues et les Aigles royaux. Un Aigle royal, infecté par A. fumigatus, a aussi été identifié avec un ostéosarcome. Cette étude montre que les facteurs anthropogéniques sont la cause la plus importante de la mortalité des aigles dans Saskatchewan, et que les insecticides organophosphorés et carbamates représentent un risque important pour les populations d'aigles migrants ou résidents.

 

 

 

 

Mange Caused by a Novel Micnemidocoptes Mite in Free-ranging

 Golden Eagles (Aquila chrysaetos)

 MICHELLE G. HAWKINS  et al. 2015

 Raptor Research Foundation | 2015 Annual Conference p34

 

Une femelle Aigle royal de deuxième année a été capturée dans le nord de la Californie présentant une perte importante de plumage et des croûtes sur la peau de la tête et des membres inférieurs. A l'examen clinique l'oiseau était léthargique, déshydraté et maigre, avec un déficit grave de plumes et des lésions cutanées sur la tête, les zones sous alaires, le ventre, le dos et les membres. Des acariens morphologiquement semblables à Micnemidocoptes derooi ont été identifiés par microscopie électronique à balayage. L'aigle a été soigné puis relâché après 9 mois de captivité, mais malheureusement a été retrouvé mort près d'une turbine éolienne plusieurs mois plus tard. Deux autres Aigles royaux, dans la même région, porteurs de cet acarien, sont morts peu après leur admission au centre de soins. Plusieurs autres Aigles royaux ont été mentionnés par les biologistes en Californie et au Nevada depuis, mais n'ont pas été capturés vivants et conservés captifs. Les caractéristiques morphologiques de cet acarien suggèrent fortement une nouvelle espèce de Micnemidocoptes. Nous ne connaissons pas encore l'étendue de cette infestation, par cet acarien, de la population d'Aigles royaux de la Californie du Nord.

 

 

 

 

 

 

 

Prevalence and Risk Factors for Infection of Trichomonas gallinae in Western Golden Eagle Nestlings

 BENJAMIN M. DUDEK et al 2015

 Raptor Research Foundation | 2015 Annual Conference p 26

 

La trichomonase aviaire, causée par Trichomonas gallinae, se rencontre principalement chez les espèces de Colombidés et peut concerner les rapaces qui se nourrissent de proies infectées. Les études précédentes ont trouvé des taux élevés de trichomonase dans des populations de rapaces localisées ce qui confirmait des pertes d'habitat et les modifications dans les population historiques de proies, mais peu ont examiné la prévalence de la trichomonase à l'échelle régionale. Nous avons étudié l'apparition de Trichomonas gallinae chez les jeunes Aigles royaux, Aquila chrysaetos, de l'ouest des Etats Unis, pendant la saison de reproduction 2015. Nous avons collecté des prélèvements oraux chez 166 aiglons de 104 nids dans 12 états de l'ouest pour évaluer la prévalence de T. gallinae. Dans le sud-ouest de l'Idaho, nous avons examiné si la présence de Colombidés dans le régime alimentaire, l'âge de l'aiglon, ou le pH oral étaient prédicteurs d'une infection à T. gallinae. Les premiers résultats donnent 3 (2%) cas positifs à T. gallinae sur 134 échantillons de sites hors Idaho. Néanmoins, les sujets avec transport d'échantillon peuvent avoir interféré avec la détection parce que des lésions s'apparentant à la trichomonase ont été détectées chez neufs aiglons qui n'ont pas répondu positivement aux tests de recherche de T. gallinae. A l'opposé, dans l'Idaho, 13 sur 32 aiglons (41%) ont été contrôlés positifs à T. gallinae. L'âge auquel a eu lieu la première détection variait de 14 à 35j (=24,6j) et la probabilité d'infection augmentait avec l'âge de l'aiglon.  Nous avons remarqué que le pH oral baissait significativement avec l'âge, et un pH élevé était associé positivement à la probabilité d'infection à T. gallinae. La présence de Pigeon biset, Columbia livia, dans le régime augmentait la probabilité d'infection à T. gallinae.

Actuellement, la Trichomonase semble avoir un faible impact démographique sur les Aigles royaux de l'ouest, cependant T.gallinae est présent dans l'ouest et les facteurs liés aux modifications de la couverture végétale et au régime alimentaire augmentent les risques pour les populations locales.

 

 

 

 

 

Effects of Hematophagous Parasites on Golden Eagle Nestling Physiology and Stress

 MICHAEL T. HENDERSON, BENJAMIN M. DUDEK, and JULIE A. HEATH,  2015

 Raptor Research Foundation  2015 Annual Conference p 78

 

Les ectoparasites peuvent avoir divers effets négatifs sur leurs hôtes aviaires, allant d'une légère irritation à la mort. Les parasites de la famille des Cimidés ( punaises de lit) comprennent Haematosiphon inodora qui vit dans les matériaux des nids et apparaît pour se nourrir du sang des oisillons. Les jeunes Aigles royaux, Aquila chrysaetos, rupestres peuvent être particulièrement sensibles aux effets négatifs de ces parasites parce que les jeunes ne peuvent s'éloigner de la source des parasites et ils ont besoin de toute leur énergie pour croître et se développer, ce qui laisse peu de possibilités pour faire face aux problèmes de santé. En outre, l'exposition répétée à des  piqures irritantes de parasites peut provoquer une réaction de stress  entrainant une augmentation des taux de corticostérone (CORT) qui peut avoir des effets négatifs sur le développement des jeunes. Nous étudions l'hypothèse de la présence d'ectoparasite dans les nids d'Aigles royaux affectant les conditions physiologiques ou les concentrations en CORT des aiglons. Nous avons pénétré dans les nids lorsque les jeunes avaient 4 à 7 semaines, noté les poids, prélevé du sang, et relevé la présence ou l'absence d'ectoparasites. Nous avons évalué l'état physiologique d'après l'hématocrite et l'âge. Nous avons aussi effectué des corrections du poids en fonction du sexe et déterminé les concentrations en CORT via une technique immuno-enzymatique. Nous avons trouvé des parasites se nourrissant de sang, dans 15 des 19 nids. La présence d'ectoparasites n'affectait pas ni le poids ni l'hématocrite. Les taux de CORT variaient entre 3.7ng/mL et 80.6ng/mL, et étaient significativement plus élevées pour les aiglons avec des ectoparasites. Des taux élevés, chroniquement, en cours de croissance, peuvent avoir des effets négatifs sur les capacités cognitives et affecter la survie à long terme. De plus, des taux élevés de CORT peuvent faciliter un envol prématuré qui peut entraîner la mort, un évènement relativement classique pour des jeunes fortement parasités. Ceci est une des premières études sur les taux de CORT circulatoires des Aigles royaux et cela illustre les mécanismes potentiels des effets à long terme des infections à ectoparasites.

 

 

 

 

 

 

Ectoparasites

  JAMES R. PHILIPS 2015

 Math/Science Division, Babson College,

Raptor research foundation

 

Les ectoparasites volants qui se nourrissent du sang comprennent les moucherons piqueurs, les mouches noires, les poux suceurs, les moustiques et la mouches du genre carnus. D'autres insectes suceurs de sang parasitant les rapaces incluent les cimicidés, les puces et quelques poux mâcheurs (mallophages). D'autres poux mâcheurs se nourrissent sur les plumes.

 Quoique habituellement non-parasitaire, les larves de coléoptères détritiphages, Dermestidae, ont même été retrouvées dans des plaies chez le Milan des marais, Rostrhamus sociabilis, nicheur en Floride, et chez d'autres rapaces en Afrique et en Europe (Snyder et al. 1984). Des arachnides ectoparasites des rapaces comprennent des tiques et des mites suceuses de sang, des mites se nourrissant sur les tissus des plumes, et des mites , dont les Aoutats, qui se nourrissent dans les tissus.

 La plupart des mites sont des parasites externes, mais quelques acariens creusent dans et sous la peau, quelques uns colonisent les voies respiratoires. En plus des effets pathologiques directs, les ectoparasites des rapaces peuvent avoir des effets pathologiques indirects parce qu'un hôte affaibli est plus vulnérable à une infection. Les infections bactériennes et fongiques causées par les ectoparasites peuvent survenir dans des plaies, et beaucoup de mouches, tiques et mites agissent, aussi, comme vecteurs de maladie. Philips (2000, 2006a,b) a examiné les mites parasites de rapaces et l'auteur met en ligne un listing des rapaces hôtes et de leurs mites ectoparasites.

 Les niveaux d'infestation varie beaucoup parmi et dans les espèces de rapaces. La gestion des ectoparasites de rapaces implique la collecte, la conservation et l'identification des ectoparasites, suivi, lorsque cela est nécessaire, par le traitement des oiseaux infectés et des mesures de contrôle pour réduire les taux d'ectoparasites dans le nid ou l'environnement local. Clayton and Walther (1997) ont examiné les techniques de collecte et de conservation des ectoparasites aviaires. Beynon et al. (1996) ont établi des formules d'ingrédients pour six ectoparasiticides efficaces dans le traitement et le contrôle des insectes et des mites qui parasitent les rapaces.

 

 

 

 Plus généraliste, mais néanmoins très intéressant....

Age and reproduction in birds — hypotheses and tests                

Pär Forslund, Tomas Pärt 1995

 Trends in Ecology & Evolution.Volume 10, Issue 9, Pages 374–378

 

 Nous savons que le succès reproducteur s'améliore avec l'âge chez les oiseaux. De nombreuses hypothèses incluant des facteurs tels que la survie, la reproduction tardive, l'expérience reproductrice, la capacité de recherche de nourriture et l'effort reproducteur, ont été proposées pour expliquer ce processus. Bien que ces hypothèses ne s'excluent pas mutuellement, elles peuvent être rangées en trois groupes principaux en fonction de l'apparition ou de la disparition de phénotypes, de l'amélioration des compétences en lien avec l'âge, et de l'optimisation de la démarche reproductive. Cependant, un examen plus approfondi de la littérature révèle que peu d'études ont testé avec rigueur ces hypothèses. De futures recherches devront soigneusement définir les tests qui permettront d'étudier ces hypothèses.

 

 

 

Influence of Breeding Success on Fidelity in Long-Lived Birds: An Experimental Study

 

Joël Bried and Pierre Jouventin 1999

 Journal of Avian Biology  Vol. 30, No. 4 pp. 392-398

 

Chez les oiseaux à forte espérance de vie, le succès reproducteur augmente avec l'expérience de la reproduction, le choix du site et la stabilité du couple. Néanmoins, le succès reproducteur dépend aussi de facteurs extérieurs. Nous avons ainsi augmenté artificiellement le succès reproducteur d'une population de Puffins à menton blanc, Procellaria aequinoctialis, qui avait du subir la prédation de rats noirs, Rattus rattus. Par conséquent, nous avons été capable de maîtriser les facteurs intrinsèques et extrinsèques lors de l'étude des relations entre reproduction et fidélité chez cette espèce fidèle et à longue espérance de vie. L'empoisonnement des rats a conduit à une augmentation significative du succès reproducteur, de la fidélité au site et au partenaire. Le succès reproducteur a augmenté avec l'expérience individuelle et l'échec de la reproduction perturbe fortement la fidélité au terrier, mais uniquement pendant la période pendant laquelle les rats n'étaient pas empoisonnés. Par la suite, avec l'empoisonnement, les oiseaux étaient plus sujets à conserver leur terrier, en acquérant de l'expérience, mais succès reproducteur et expérience n'avaient pas d'effet sur la fidélité au partenaire quelle que soit la période. Bien que les Puffins à menton blanc semblent changer de terrier ou de partenaire pour dans le but d'améliorer leur succès reproducteur, le facteur majeur entrainant des changements était d'avantage la perturbation liée au rats que l'échec de la reproduction, lui même. Les variations de fidélité du couple semblent être simplement une conséquence de la fidélité au terrier. Nos résultats contredisent beaucoup d'études sur les espèces fidèles et à forte longévité. Néanmoins, la maitrise à la fois les facteurs intrinsèques et extrinsèques est souhaitable, et les comparaisons, dans et entre les populations, devraient être  réunies, autant que possible, lors de l'étude de cycles biologiques.

 

 

 

AGE-SPECIFIC REPRODUCTIVE SUCCESS: EVIDENCE FOR THE SELECTION HYPOTHESIS

 R. A. Mauck, C. E. Huntington, T. C. Grubb Jr. 2004

 Evolution 58(4):880-885.

 

 Le lien entre le succès reproducteur et l'âge des parents a été démontré pour de nombreuses espèces. Trois hypothèses ont été retenues pour expliquer ce phénomène général: l'hypothèse de l'expérience basé sur l'expérience reproductrice liée à l'âge, l'hypothèse de la tentative basée sur l'effort reproductif lié à l'âge et l'hypothèse de la sélection  reposant sur une disparition progressive des phénotypes attribuable aux variations en terme de productivité et de survie individuelles. Nous avons utilisé les données obtenues par une étude sur le long terme, de l'Océanite à cul blanc, Oceanodroma leucorhoa, pour présenter un test simple de prédictions s'excluant mutuellement sur les relations entre le succès reproducteur précoce et la longévité. Il ne devrait pas y avoir de lien entre les deux selon l'hypothèse de l'expérience, une corrélation négative pour l'hypothèse de la tentative et une corrélation positive selon l'hypothèse de la sélection. Nous avons trouvé une corrélation significativement positive (P < 0.0001) entre les succès au cours des deux premières tentatives de reproduction et la longévité dans ces populations d'oiseaux de mer à forte espérance de vie, suggérant fortement, que des parents, à faible productivité, seraient moins capables de survivre à une reproduction précoce.

 

Ces données offrent une base solide à l'hypothèse de la sélection.

 

 

 

.

 

 

 

 

 

Age-specific reproductive success in a long-lived bird:

 

do older parents resist stress better?

 

FREDERIC ANGELIER, BØRGE MOE†, HENRI WEIMERSKIRCH and OLIVIER CHASTEL 2007

 Journal of Animal Ecology 76, 1181–1191

   
 

1.

 Chez de nombreux vertébrés, les résultats reproducteurs augmentent avec l'âge mais les mécanismes impliqués dans ce processus demeurent peu étudiés. Un mécanisme potentiel peut être la réponse hormonale au stress, laquelle éloigne l'investissement énergétique du processus de reproduction pour le rediriger vers celui de la survie. Chez les oiseaux, cette réponse au stress se traduit par une libération de corticostérone et est aussi associée à une diminution du taux de prolactine en circulation, une hormone particulièrement importante pour le contrôle des soins parentaux.

 

2.

 Il a été envisagé que, lorsque la valeur de la reproduction en cours est importante en regard de la valeur de la future reproduction et de la survie, comme on peut le supposer pour des adultes âgés, la réponse au stress pourrait être atténuée pour garantir le bon déroulement de la reproduction

 

3.

 Nous avons testé cette hypothèse en mesurant les réponses de la cortisone et de la prolactine, de Pétrels des neiges (Pagadroma nivea) âgés de 8 à 36 ans, en cours d'incubation, confrontés à un protocole standardisé de capture, stressant. Nous avons aussi recherché si une diminution des réponses au stress pouvait correspondre avec une moindre survenue de l'abandon de l'œuf, comportement fréquemment observé chez le Pétrel des neiges.

 

4.

 La probabilité de réussite de l'élevage d'un jeune augmentait entre 6 et 12 ans avant de se stabiliser après l'âge de 12 ans. La réponse de la corticostérone au stress ne variait pas avec l'âge. La réponse de la prolactine au stress était, néanmoins, nettement influencée par l'âge: dans les deux sexes, les reproducteurs plus âgés avait des taux de prolactines provoqués par le stress, supérieurs à ceux des jeunes. Cela était lié à l'atténuation croissante de la réponse au stress de la prolactine avec le vieillissement des femelles, et pour les mâles, cela correspondait avec une, probable, plus grande capacité intrinsèque des vieux mâles à secréter de la prolactine. De plus, les plus hauts taux de prolactine provoqués par le stress étaient corrélés avec une faible probabilité d'abandon de l'œuf.  

 

5.

 Chez les jeunes parents, la combinaison, d'une forte augmentation de corticostérone avec une plus faible capacité à préserver la sécrétion de prolactine pendant un stress critique, est probablement une des causes fonctionnelles de leur plus faible réussite d'incubation. Nous suggérons que la capacité à maintenir un niveau-seuil de prolactine lors d'une situation stressante pourrait être un important mécanisme physiologique impliqué dans l'amélioration des performances reproductrices lors du vieillissement des oiseaux à forte espérance de vie.

 

 

 

 

 

Age, experience and reproductive performance in a long-lived bird: a hormonal perspective

 

F Angelier, H Weimerskirch, S Dano, O Chastel 2007

  Behavioral Ecology and Sociobiology, Volume 61, Issue 4, pp 611-621

  

 

Les facteurs fondamentaux influençant les résultats reproducteurs en fonction  de l'âge chez les oiseaux ont été largement abordés, et plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer comment de jeunes et inexpérimentés reproducteurs avaient des succès reproducteurs moindres que des individus plus âgés. En comparaison, les facteurs immédiats, et, en particulier, les mécanismes hormonaux agissant sur le succès reproducteur selon l'âge, ont moins retenu l'attention. Dans cet article, nous examinons comment des niveaux de référence de corticostérone et de prolactine, deux hormones intervenant dans la reproduction, changeaient avec l'âge et l'expérience chez un oiseau à forte longévité, l'Albatros à sourcil noir, (Thallasarche melanophris), pendant la phase de couvaison. Les taux de Corticostérone ne sont pas liés à l'âge, alors que le taux de prolactine augmente jusqu'à l'âge de 15 ans. Les primo-reproducteurs avaient des taux de corticostérone plus élevés et des taux plus faibles de prolactine que les plus expérimentés. Les taux de corticostérone n'étaient pas corrélés avec l'expérience reproductrice entre les oiseaux expérimentés, alors que les taux de prolactine augmentaient légèrement avec l'expérience acquise. Parmi les reproducteurs expérimentés, la qualité individuelle n'a eu aucun effet sur les taux de corticostérone et de prolactine. Les niveaux de référence de corticostérone et de prolactine étaient respectivement, positivement et négativement corrélés au temps passé en jeûne/ couvaison sur le nid. De plus, la probabilité d'emmener un jeune à l'envol était négativement corrélée avec les niveaux de corticostérone, mais pas avec ceux de prolactine. Des taux élevés de corticostérone chez les primo-reproducteurs peuvent servir de preuve de réserves corporelles amoindries conséquences de plus faibles capacités de recherche de nourriture et de couvaison, et par conséquent renforcer l'hypothèse (constraint hypothesis). Des taux faibles de prolactine chez des oiseaux jeunes et inexpérimentés peuvent être interprétés soit comme preuve de leur faibles capacités reproductrices (constraint hypothesis) soit de leur investissement reproducteur réduit (restraint hypothesis). Enfin, nous signalons pour la première fois, les changements hormonaux associés au début de la sénescence. Les oiseaux très âgés et les plus expérimentés, qui avaient la probabilité la plus faible d'élever un jeune, montraient des taux élevés de corticostérone et bas de prolactine, indiquant probablement une dégradation des compétences reproductrices et/ou une perturbation du système endocrinien chez les oiseaux sénescents.

 

 

 

 

 

 

 

What Factors Drive Prolactin and Corticosterone Responses to Stress in a Long-Lived Bird Species (Snow Petrel Pagodroma nivea)?

 

Frédéric Angelier, Børge Moe, Samuel Blanc, Olivier Chastel 2009

 Physiological and Biochemical Zoology 82(5):590–602.

 

 

Les théories sur les cycles biologiques préconisent que les individus pourraient adapter leur investissement parental en fonction des coûts et bénéfices de la tentative reproductrice en cours. Cela pourrait être obtenu par modulation de la réponse hormonale au stress, qui peut déplacer l'investissement énergétique du processus de reproduction vers celui de la survie. Chez les oiseaux, cette réponse au stress consiste en une libération de corticostérone qui peut être accompagnée d'une diminution de la prolactine en circulation, hormone impliquée dans les soins parentaux. Nous manquons de données sur la régulation de la réponse au stress de la prolactine. Dans cette étude, nous testons l'hypothèse selon laquelle les individus pourraient moduler leur réponse au stress en prolactine selon la valeur d'aptitude de la future reproduction. Spécifiquement, nous avons étudié l'influence du statut reproducteur (reproducteurs en échec/oiseaux couveurs) et de l'état physique sur la réponse au stress de la prolactine et de la corticostérone, chez des oiseaux à forte longévité, les Pétrels des neiges,  Pagodroma nivea. En réponse à des agents stressants, les oiseaux couveurs avaient des taux de prolactines plus élevés que ceux en échec reproducteur. Cependant nous n'avions trouvé aucun impact de l'état corporel sur la réponse au stress en prolactine. La réponse au stress en corticostérone était modulée en fonction de la condition physique mais n'était pas influencée par le statut reproducteur. Nous avons aussi effectué une expérience en injectant l'hormone adrénocorticotrope (ACTH) et constaté que la modulation de la réponse au stress de la corticostérone était probablement associée à réduction de la libération d'ACTH par l'hypophyse et une diminution de la sensibilité des surrénales à l'ACTH. De plus nous avons examiné si les sécrétions de prolactine et de corticostérone étaient liées sur le plan fonctionnel. Nous avons trouvé que ces deux réponses hormonales au stress n'étaient pas corrélées. De plus, l'injection d'ACTH n'a pas modifié les taux de prolactine, démontrant que les variations à court terme des taux de prolactine n'étaient pas régis directement ou indirectement par la libération d'ACTH. Par conséquent, nous suggérons que les réponses en corticostérone et prolactine, aux agents stressants à court terme, sont indépendantes et peuvent, donc, induire des composantes spécifiques de l'investissement parental chez les oiseaux reproducteurs. Avec l'accumulation de preuves, nous suggérons qu'à la fois, l'examen des réponses au stress de corticostérone et de prolactine présente de l'intérêt dans l'investissement parental chez les vertébrés.

 

 

 

 

Hormonal correlates of individual quality in long-lived bird: a test of the ‘corticosterone–fitness hypothesis’

 

Frédéric Angelier, John C. Wingfield, Henri Weimerskirch and Olivier Chastel 2010

 Biol. Lett. (2010) 6, 846–849

  

Il est difficile de mesurer la qualité individuelle chez les vertébrés. Il peut être utile de se concentrer sur les mécanismes d'allostasie parce qu'ils sont fonctionnellement impliqués dans la capacité d'un individu à survivre et à se reproduire dans son environnement. Par conséquent, une montée des taux d'hormones de stress (corticostéone) survient lorsqu'un organisme doit composer avec des conditions environnementales difficiles. Ceci a récemment conduit à proposer la "corticostérone-fitness" hypothèse, qui suggère que des niveaux de référence élevés en corticostérone pourraient exister chez des individus  de qualité médiocre qui auraient des difficultés à s'adapter à leur environnement. Nous avons testé cette hypothèse en comparant une mesure d'intégration de qualité individuelle avec un niveau de référence de corticostérone chez l'Albatros à sourcil noir, Thalassarche melanophris. Nous avons trouvé que les niveaux individuels de référence de la corticostérone étaient reliés à la qualité individuelle et hautement reproductibles d'une saison reproductrice à l'autre. Il est important de constater que cette relation a été trouvé chez les mâles, mais pas chez les femelles. par conséquent, nous suggérons que le rapport entre qualité et niveaux de référence en corticostérone peut dépendre de problèmes environnementaux et énergétiques avec les individus doivent composer.

 

 

 

 

Modulation of the prolactin and the corticosterone stress responses: Do they tell

 the same story in a long-lived bird, the Cape petrel?

 

Frederic Angelier, John C. Wingfield, Colette Trouve, Sophie de Grissac, Olivier Chastel  2013

 General and Comparative Endocrinology 182 (2013) 7–15

  

Au cours des dernières décades, la réponse au stress de corticostérone a été proposée come étant le meilleur outil pour comprendre quelle stratégie un individu peut adopter face aux perturbations environnementales. Plus récemment une autre hormone associée aux soins parentaux, la prolactine, a été avancée, comme outil complémentaire, pour étudier ce problème. En réalité ces deux hormones sont ensemble concernées par les agents stressants et sont impliquées dans les décisions parentales, telles qu'abandonner le nid. En raison de ces similitudes, la différence fonctionnelle entre les réponses au stress de la corticostérone et de la prolactine, n'apparait pas clairement. Nous avons recherché, ici, si les variations naturelles des réponses au stress de corticostérone et de prolactine sont reliées fonctionnellement, à l'état sauvage, chez les parents Damier du Cap, Daption capense. Si la prolactine et la corticostérone induisent la même réponse fonctionnelle à un agent stressant et sont les "proxies"( def. anglaise: l'un autorisé à agir pour l'autre) de la même réponse, nous prévoyons que les réponses au stress de la corticostérone et de la prolactine (1) seront modulées selon les mêmes facteurs, (2) affecteront les résultats reproducteurs de la même façon; et, (3) bien sûr, seront corrélées. Contrairement à ces prévisions, nous avons trouvé que les réponses au stress de la corticostérone et de prolactine étaient respectivement modulées selon  l'état physique et le statut reproducteur. De plus, les taux de prolactine, mais pas ceux de corticostérone, étaient reliées à la réussite de l'incubation dans cette espèce. Enfin, nous n'avons trouvé aucune corrélation significative entre ces deux réponses au stress dans aucun cas (reproducteurs défaillants, oiseaux incubant ou élevant le jeune) et ce résultat était globalement soutenu par un examen de la littérature existante. Par conséquent, ces deux réponses au stress ne semblent pas être étroitement liées et nous croyons qu'elles peuvent fournir des éléments complémentaires d'informations sur l'investissement parental chez les oiseaux.

 

 

 

    
 

 

Does prolactin mediate parental and life-history decisions in response to environmental conditions in birds? A review

 

Frédéric Angelier, John C.Wingfield, Sabrina Tartu, Olivier Chastel 2016

 Hormones and Behavior 77 (2016) 18–29

  

Chez les vertébrés, les adaptations de la physiologie et du comportement aux changements environnementaux font souvent intervenir des mécanismes physiologiques centraux, et plus particulièrement des mécanismes hormonaux. Par conséquent, ces mécanismes sont considérés comme orchestrant les décisions du cycle biologique chez les vertébrés à l'état sauvage. Par exemple, effectuer des recherches sur la régulation hormonale du comportement parental présente de l'intérêt pour évaluer comment les parents modulent leur action en fonction de conditions environnementales spécifiques. De façon surprenante et bien qu'étant classiquement connue en tant que "hormone parentale", la prolactine a été négligée chez les oiseaux, dans ce contexte. Notre objectif est d'étudier les preuves que des changements des taux de prolactine peuvent induire, du moins jusqu'à un certain point, la réponse des oiseaux reproducteurs aux conditions environnementales. Pour cela, nous avons, premièrement, examiné les éléments de preuve et les limites concernant le rôle de la prolactine en tant que médiateur dans les comportement parentaux chez les oiseaux. Deuxièmement, nous avons mis en évidence l'influence des conditions environnementales et des agents stressants sur les taux de prolactine en circulation. En outre, nous avons étudié en quoi les niveaux de taux de prolactine sont un indicateur sûr du succès reproducteur chez les oiseaux sauvages. En reliant les conditions environnementales, la régulation de la prolactine, et le succès reproducteur, nous mettons en évidence le rôle potentiel de cette hormone dans la prise des décisions parentales chez les oiseaux. Enfin, nous réexaminons aussi, le rôle potentiel de la prolactine comme intermédiaire des décisions dans le cycle biologique telles que la taille de la couvée, une nouvelle ponte et le rythme de la mue. En évaluant l'influence des agents stressants sur les taux de prolactine sanguine pendant ces autres décisions du cycle biologique, nous avançons aussi, de nouvelles hypothèses concernant le potentiel de la réponse au stress de la prolactine pour réguler l'orchestration du cycle annuel lorsque surviennent des changements environnementaux. Pour résumer, nous montrons dans ce bilan, que la régulation de la prolactine présente un fort potentiel qui devrait permettre aux physiologistes écologiques de mieux comprendre de quelle façon les individus ajustent leurs décisions concernant leur cycle de vie (taille de la couvée, comportement parental, ponte de remplacement, et début de mue) aux conditions environnementales qu'ils rencontrent et nous incitons à des recherches supplémentaires dans ce domaine.

 

 

Heterotopic Ossification Secondary to Gunshot and Fragment Wounds in a Golden Eagle (Aquila chrysaetos)

 Moosa Javdani, Mohammad Hashemnia, Zahra Nikousefat, 2016

 Journal of Avian Medicine and Surgery 30(1):66-70.

 

Une ossification hétérotopique est le processus d'une formation pathologique d'os dans les tissus mous qui ne fabriquent normalement pas de tissu osseux. Un Aigle royal, Aquila chrysaetos, immature a été examiné deux mois après avoir reçu un coup de fusil dans l'aile droite. Une masse ovale solide contenant en son centre un plomb de chasse a été trouvé attaché au cubitus par un pédicule osseux puis a été excisé chirurgicalement. Une ossification hétérotopique secondaire la la blessure par la balle et ses éclats dans le cubitus (ulna) droit a été diagnostiquée à partir de la clinique, de la radiographie et des résultats histopathologiques.

 Ce rapport est le premier décrivant une ossification hétérotopique survenant autour d'un plomb de chasse sur un oiseau.

 

 

Wing Loading in North American Golden Eagles (Aquila chrysaetos)

  JW Lish, R Domenech, BE Bedrosian, DH Ellis, M Payton 2016

 Journal of Raptor Research 50(1):70-75.

 

Nous présentons des mesures de charges alaires de 33 Aigles royaux, Aquila Chrysaetos, capturés lors de la migration d'automne dans le Montana et le Wyoming, et nous comparons la charge alaire et d'autres variables  associées selon la classe d'âge ( jeunes de l'année et adultes) et le sexe. Les femelles adultes avaient des charges alaires significativement plus importantes que celles  des femelles de 1ère année, et aussi  supérieures à celles des males jeunes ou adultes. Ces derniers avaient des charges alaires similaires. Les femelles de 1ère année  étaient moins lourdes que les femelles adultes, alors que  le poids des jeunes mâles était identique à celui des adultes. Quoique l'échantillon des estimations de charge-alaire de 33 Aigles royaux soit de petite taille, il demeure le plus important actuellement disponible pour cette espèce et cet article est le premier à présenter des comparaisons en fonction de l'âge et sexe, de cet important paramètre de vol. Notre étude met en évidence des différences intéressantes et inconnues à ce jour, entre le poids et la charge alaire entre différentes catégories d'âge et de sexe, ce qui pourrait avoir des conséquences importantes sur la dépense énergétique au cours de la recherche de nourriture et de la migration, et qui justifiera davantage de recherches.

 

 

 

Describing and Quantifying the Relative Abundance of the Ectoparasite Community in Golden Eagle Nests

 Waterman, Heidi, (2016).

  Undergraduate Research and Scholarship Conference. Paper 2.

 Boise State University

  

 Nous avons décrit et quantifié la multitude d'ectoparasites présents dans les nids des Aigles royaux, Aquila chrysaetos, pendant la période de reproduction. Les  ectoparasites hématophages, qui se nourrissent du sang de leur hôte, ont un effet négatif sur la croissance et la survie du fait du stress provoqué par les piqures, de l'anémie et de la perte de poids. Nous avons été particulièrement intéressé par le nombre de Haematosiphon inodorus (Punaise du poulet mexicaine), une punaise proche de la punaise de lit qui a été reliée à la mortalité des jeunes d'autres espèces de rapaces dans l'Idaho. En les recueillant et les quantifiant, nous espèrions mieux comprendre l'abondance respective de H. inodorus et des autres ectoparasites présents dans les nids. Notre recherche impliquait de trier des échantillons de matériaux de nids d'Aigle royal pour identifier et quantifier les ectoparasites. Les échantillons issus des nids ont été recueillis en juin 2016, et les insectes ont été collectés à partir de ces échantillons en utilisant un piège du type entonnoir de Berlese. Nous avons ensuite tamisé manuellement chaque échantillon pour trouver des individus ayant échappé au piège. Les spécimens ont été identifiés, enregistrés et conservés. Les spécimens de H. inodorus ont été catalogués et épinglés afin de créer une collection de spécimens de référence. Les spécimens intacts de chaque espèce ont  photographiés pour créer une photothèque de référence. Ces méthodes nous ont permis d'obtenir une description détaillée de la communauté ectoparasitaire, et aussi de valider la technique du piège de Berlese comme étant une méthode appropriée pour recueillir les insectes à partir de matériau provenant de nid.

 

 

 

 

Degradation of Plant Secondary Metabolites in Green Nest Material Used by Golden Eagles

 E Imonigie, B Dudek – 2016

 Boise State University

 

Des Aigles royaux, Aquila chrysaetos, ont été observés en train de tapisser leurs nids avec des matériaux d'origine végétale (GNM) qui sont connus pour contenir de forts taux de métabolites secondaires de plantes (PSM). L'hypothèse de "protection du nid" estime que cet usage de GNM contenant des PSM cytotoxiques prévient l'infestation par des parasites. L'invasion parasitaire peut avoir des conséquences graves pour les occupants des nids qui peuvent aller d'une simple déshydratation à l'abandon du nid. Pour mieux comprendre l'éventuelle fonction antiparasitaire des GNM, nous avons observé la stabilité des PSM (en particulier des terpènes et des composés phénoliques) contenus dans les espèces de plantes sélectionnées, trouvées dans les nids en les soumettant à des expositions variables de lumière solaire dans un environnement simulé de nid. Les GNM ont été analysés tous les deux jours pour déterminer le taux d'altération des PSM. Nous avons estimé une diminution des PSM dans le temps, avec des terpènes se dégradant plus rapidement que les composés phénoliques en raison de leur volatilité. Le taux d'altération des PSM influencera l'activité antiparasitaire des GNM et potentiellement, la fréquence d'apport au nid, nécessaire, de la part des aigles.

 

 

 

 

Golden Eagle Selection of Green Nest Material for Ectoparasite Control

 L Treat, B. Dudek 2016

 Boise State University

 

L'infestation ectoparasitaire des nids et des aiglons peut provoquer un stress physiologique, une anémie, un plus grand risque d'infection et, dans les cas extrêmes, un envol prématuré  et de la mortalité chez de nombreuses espèces d'oiseaux. L'utilisation de matériaux de construction verts (GNM) contenant métabolites volatiles secondaires pour diminuer l'ectoparasitisme est une adaptation comportementale observée chez certains oiseaux. Dans le sud ouest de l'Idaho, nous avons observé que les Aigles royaux, Aquila chrysaetos, garnissaient leurs nids de matériaux "verts" d'origine végétale. Nous suggérons que les Aigles royaux sélectionnent des espèces de  plante contenant des métabolites secondaires dans leurs territoires pour combattre l'infestation ectoparasitaire de leurs nids, particulièrement par la punaise du pulet du Mexique, Haematosiphon indorous. Afin de mesurer cela, nous avons déterminé les GNM par espèce et évalué les revêtements des nids spécifiquement, analysé les concentrations de polyphénols et de terpènes dans les échantillons de GNM, et examiné la composition des plantes dans les territoires pour déterminer leur disponibilité. Ceci est la première étude sur l'écologie des Aigles royaux, la sélection de GNM et l'ectoparasitisme.