Les articles ci-dessous sont disponibles sur le net, un simple clic sur le titre de l'un d'eux et vous accéderez au document. Les liens internet n'étant pas éternels, un téléchargement est possible pour votre usage personnel en respectant les droits des auteurs et des éditeurs. Pour vous éviter des recherches fastidieuses cette liste non -exhaustive est à votre disposition avec un résumé en français pour ceux qui ne maitrisent pas la langue de Cervantès ou celle de Shakespeare. Une mise à  jour de la liste sera faite aussi régulièrement que possible ( voir en bas de page).

En cas d'erreurs de traduction, ou pour me signaler des nouveautés, n'hésitez pas à me contacter.

Cordialement.

 Jacques Bouillerce

 

 

Diet of the Golden Eagle Aquila chrysaetos during the Breeding Season in Sweden

Martin Tjernberg

Holarctic Ecology Vol. 4, No. 1 (Feb., 1981), pp. 12-19

 

 Régime alimentaire de l'Aigle royal, Aquila chrysaetos, pendant la saison de reproduction en Suède

 

Pendant une durée de 5 ans, de 1975 à 1979, un total de 2881 proies appartenant à 65 espèces ont été collectées dans 162 nids d'Aigles royaux du nord de la Suède et de l'île de Gotland. Dans le nord de la Suède, les oiseaux sont capturés en plus grand nombre que les mammifères, mais calculé en poids, les deux catégories correspondent à des valeurs identiques. Les proies principales pendant la saison de reproduction, sont le Grand Tétras, le Tétras lyre, les Lagopèdes, les Lièvres variables et les faons de rennes qui représentent,  ensemble, 91% de la biomasse totale dans le régime. Les grands Tétras et Tétras lyre sont davantage capturés dans la partie sud de la région des conifères que dans le nord. Au contraire, dans le nord, les faons de rennes sont plus prédatés que dans le sud. Lrs Grand Tétras et les Lagopèdes sont les espèces les plus souvent capturés dans les secteurs de montagne. Le nombre total de jeunes rennes consommés ( morts et/ou vivants) par la population d'Aigles royaux Suédois, en un été, est évalué à 600 individus. Sur Gotland, les Aigles royaux capturent des mammifères plus souvent que dans le nord de sa zone de distribution. Les lapins et les hérissons sont les espèces les plus nombreuses.

 

 

 

 

 Prey Abundance and Reproductive Success of the Golden Eagle Aquila chrysaetos in Sweden

  Martin Tjernberg

Holarctic Ecology, Vol. 6, No. 1 (Feb., 1983), pp. 17-23

 

Abondance de proies et succès reproducteur des Aigles royaux Aquila chrysaetos, en Suède

 

La reproduction de l'Aigle royal, Aquila chrysaetos, a été étudiée dans deux secteurs de sa zone de distribution dans le nord de la Suède de 1975 à 1980. Le succès reproducteur a été mis en rapport avec l'abondance ( basée sur des statistiques d'apport de proies) de gibier de petite taille et le cycle des microtidés. La proportion de couples d'Aigles royaux avec succès reproducteur et le nombre de jeunes produits par territoires occupés variaient significativement selon les années ( 21-85% et 0,27-1,24, respectivement). Dans la zone d'étude nordique, j'ai trouvé une importante corrélation entre la proportion de couples avec succès reproducteur et le tableau de chasse concernant les petites espèces de gibier. Il y avait aussi des liens importants entre la densité des campagnols et le succès reproducteur de l'année suivante. Cela n'était pas observé dans la partie sud de la zone d'étude, principalement en raison d'une bonne année de reproduction des Aigles royaux en 1977 alors que les petites proies étaient rares. Le bon résultat reproducteur de 1977 peut être expliqué par des conditions météorologiques favorables au printemps. Le succès ou l'échec reproducteur sont probablement déterminés  par l'abondance des proies tôt dans le printemps juste avant que la femelle Aigle royal ponde ses œufs.

 

 

 

 

Spacing of Golden Eagle Aquila chrysaetos nests in relation to nest site and food availability

 Martin Tjernberg

Ibis Volume 127, Issue 2, pages 250–255, April 1985

 

Répartition des nids d'Aigles royaux, Aquila chrysaetos, en fonction des sites de nidification et de la disponibilité alimentaire.

On note, au cours des 6 années d'observation dans le nord de la Suède, une régularité dans l'espacement des nids, d'Aigles royaux, dans les forêts (nids dans les arbres), semblable à celle observée dans les montagnes (nids en falaise), ce qui indique que l'espacement régulier des nids est plus influencé par le comportement spatial que par le manque de sites de nidification. La distance entre voisins est plus courte en montagne ( moyenne 102 km) qu'en forêt ( 170 km) du nord de la Suède. Les densités des proies principales des Aigles royaux, étaient apparemment supérieures en montagne en comparaison avec celles des forêts. Les différences dans la topographie et la diversité d'habitat, entre les deux régions, peuvent aussi avoir contribué à l'écart de densité des reproducteurs.

 

 

 

 

Golden Eagles on the Swedish mountain tundra – diet and breeding success in relation to prey fluctuations

Jesper Nyström*, Johan Ekenstedt, Anders Angerbjörn, Linda Thulin,

Peter Hellström & Love Dalén

 Ornis Fennica 83:145–152. 2006

 

Les Aigles royaux dans la toundra des montagnes suédoises; régime alimentaire et succès reproducteurs en relation avec les fluctuations des populations de proies.

 

Nous avons étudié le régime et les rapports entre les variations de densité des proies  et le succès reproducteur des populations d'Aigle royaux, Aquila chrysaetos, dans la région montagneuse de toundra du nord de la Suède. Nous avons utilisé une nouvelle méthode reposant sur l'amplification en chaîne par polymérase pour analyser l'ADN dans les fragments de proies rapportées par l'Aigle royal. Elle permet d'identifier avec précision les espèces de Lagopèdes dont sont issus les fragments d'os et donc, d'établir les proportions d'espèces de Lagopèdes entrant dans le régime de l'Aigle royal. Nous pouvons conclure que les Lagopèdes (Lagopus spp.) sont la catégorie de proies la plus importante pour les populations d'Aigles royaux, ( 63% des proies identifiées ) et que les Lagopèdes des saules, L. lagopus, reviennent  plus fréquemment dans le régime ( 38% ) que le Lagopède Alpin ( 25%). Les autre proies  importantes sont le renne, le lièvre variable et les petits rongeurs. Les Aigles royaux réussissent à  maintenir un large spectre de nourriture malgré un environnement à faible densité de proies. Les microtidés, les lièvres et les lagopèdes montrent des fluctuations de populations identiques dans la zone étudiée. Le succès reproducteur des Aigles royaux montre une étroite relation avec l'indice annuel de densité de la plus importante catégorie de proies, les divers lagopèdes.

 

 

 

 

 

Golden eagle (Aquila chrysaetos) ecology and forestry.

  Edward Moss

2011 Introductory Research Essay No. 10 Department of Wildlife, Fish, and Environmental Studies Swedish University of Agricultural Sciences 901 83 Umeå, Sweden

 

Aigle royal, Aquila chysaetos, écologie et sylviculture.

 

L'extension généralisée de la sylviculture commerciale dans la seconde moitié du XX siècle a conduit à une inquiétude croissante concernant les retombées indésirables qu'elle pouvait entrainer pour les espèces dépendant des vieilles forêts. L'Aigle royal, Aquila chrysaetos, habite principalement des environnements montagneux dans l'hémisphère nord et est un exemple d'espèce affectée par ces pratiques forestières ( Whitfield et al. 2001, Pedrini et al 2001 ). Tjernberg ( 1983) a étudié 97 arbres supportant des nids, en Suède boréale, et a constaté que les aigles nichaient prioritairement  sur de très vieux arbres dont la moyenne d'âge était de 335 ans. Ce compte-rendu vise à étudier toutes les parutions actuelles concernant les effets de la sylviculture sur l'Aigle royal, sur la sécurité alimentaire des aigles, leur reproduction  et leurs besoins en matière d'habitat. Quant il n'y a que peu ou pas de recherches concernant l'Aigle royal, des références à d'autres espèces d'aigles pourront être utilisées pour mieux illustrer un sujet.

 

 

 

 

 

 

Habitat use and ranging behaviour of GPS tracked juvenile golden eagles (Aquila chrysaetos)

  Carolin Sandgren 2012

  Sveriges lantbruksuniversitet

 

Utilisation de l'habitat et domaine vital des Aigles royaux juvéniles suivis par satellite.

 

Partout, dans sa vaste distribution de l'hémisphère Nord, l'Aigle royal vit dans divers types d'environnements, montagnes, forêts et zones ouvertes. La littérature sur les Aigles royaux juvéniles est peu riche, et cette étude apporte des connaissances supplémentaires sur l'utilisation de l'habitat et le domaine vital, pendant la période qui succède à l'envol, en Suède boréale. Un total de 14 jeunes Aigles royaux furent suivis par GPS au cours des années 2010 et 2011, et neuf pendant la totalité de la période d'après envol jusqu'à leur migration.

Les juvéniles s'envolent fin juillet, début aout et commencent leur migration en octobre, début novembre. La durée de la période après-envol, jusqu'au début de la migration, varie entre 49 et 97 jours. Pendant cette étape, l'éloignement des jeunes de leur nid natal et leur altitude GPS augmente en même temps qu'ils se perfectionnent dans l'apprentissage du vol. Les juvéniles montrent une préférence pour les coupes et les lisières, plutôt que les zones alternant coupes et forêt, probablement parce que ces habitats offrent des caractéristiques favorables pour des terrains de chasse, en raison de la densité de proies, de zones ouvertes et du nombre de postes d'observation. Les juvéniles préfèrent aussi des pinèdes à lichen, qui sont probablement utilisés comme perchoirs. De plus les jeunes montrent une préférence pour les versants exposés au sud où ils peuvent trouver plus de courants ascendants pour le vol. Le bilan montre qu'une mosaïque d'environnements ouverts et de très vieilles pinèdes pourrait être favorable aux Aigles royaux juvéniles, et que les exploitations forestières et éoliennes devraient être exclues des versants sud . Des forêts denses et jeunes à l'intérieur des parcs d'éoliennes  pourraient, peut-être, éloigner les Aigles royaux juvéniles des parcs éoliens

 

 

 

 

Long-Term Study of Reproductive Performance in Golden Eagles in Relation to Food Supply in Boreal Sweden
Edward H. R. Moss, Tim Hipkiss, Ingvar Oskarsson, Arne Häger, Torsten Eriksson, Lars-Erik Nilsson, Sven Halling, Per-Olof Nilsson, and Birger Hörnfeldt
Journal of Raptor Research 46(3):248-257. 2012

 

Étude, sur une longue période, des résultats reproducteurs des Aigles royaux en fonction de la disponibilité alimentaire dans le nord de la Suède.

 

Le succès reproducteur de l'Aigle royal, Aquila chrysaetos, a été étudié sur 10 à 55 territoires de 1980 à 2009, et mis en relation avec les indices de leurs proies principales, la "grouse" (Tetraonidés), et le lièvre variable (Lepus timidus) et des populations cycliques de  Campagnol (Myodes et Microtus) dans la forêt boréale du nord de la Suède. Le succès reproducteur était mesuré d'après le nombre de jeunes âgés de  ≥4 semaines ( dénommés ci-après aiglons) par nidification, le pourcentage de territoires avec des aiglons, et un index annuel de la production de la population. En dépit d'une forte variation inter annuelle  dans le succès reproducteur des Aigles royaux, les auto corrélations ne révèlent aucune périodicité à court terme comme cela a été avancé dans la littérature. En utilisant des régressions multiples,  nous trouvons que l'index annuel de la production de la population et le pourcentage de territoires avec des aiglons étaient significativement corrélés avec les indices concomitants des populations de leurs proies principales. De plus l'indice annuel de production de la population était aussi relié de façon significative à l'abondance associée de campagnols glaréoles (Myodes glareolus) et campagnols des champs ( Microtus agrestis) lors de l'automne précédent. En tout, 28% des variations totales dans l'index annuel de production de population était expliqué par les variations de la population de proies.

 

 

 

 

Home-Range Size and Examples of Post-Nesting Movements for Adult Golden Eagles (Aquila chrysaetos) in Boreal Sweden

Edward H.R. Moss and Tim Hipkiss

Journal of Raptor Research 48(2):93-105. 2014

 Taille du domaine territorial et exemples de déplacements post-nidification d'Aigles royaux adultes, Aquila chrysaetos, dans le nord de la Suède.

 

Nous avons étudié la taille des territoires en suivant 15 Aigles royaux adultes dans neuf territoires différents, deux en 2011 et ces deux plus sept autres en 2012, dans le Nord de la Suède. Les territoires étaient représentés par 50 et 95% de polygones convexes minimum (PCMs) et 50,80 et 95% estimation de densité Kernel. En 2012, 95% des PCM vont de 100 à 525 km² pour les mâles (n=8), et 60 à 605 km² pour les femelles (n=7). La taille moyenne des territoires pour les aigles dans notre étude était parmi les plus importantes signalées. De plus, nous avons trouvé une relation inversée entre la taille du territoire et le pourcentage de parcelles de coupes dans le territoire. Globalement cela suggère qu'en Suède, les Aigles royaux pourrait compenser la faible disponibilité des secteurs de chasse, par exemple un faible taux de parcelles éclaircies entrainerait une augmentation de territoire. Certains aigles proposaient différents types de déplacements post- nidification ( par exemple des déplacements n'étant pas en lien avec la reproduction) pendant la période de nidification en plus des déplacements dans leur territoire: (i) déplacements longue distance (n=3), (ii) déplacements moyennes distance ( n=4), et (iii) déplacements dans un territoire "agrandi" (n=1). Ces déplacements variaient de façon importante avec quelques aigles volant sur près de 700 km vers le nord dans le nord de la Finlande et la Norvège. Aucun adulte équipé de transmetteur ne s'est reproduit en 2012; dans quatre territoires il y a eu échec de la nidification et dans cinq territoires occupés nous n'avons pas su si la ponte avait eu lieu. Les déplacements post nidification, survenant après un échec de ponte ou d'élevage, interviennent les années pendant lesquelles la ressource alimentaire est faible et pourraient avoir été déclenchés par une pénurie alimentaire locale.

 

 

Variation in quality of Golden Eagle territories and a management strategy for wind farm projects in northern Sweden

 Tim Hipkiss, Edward Moss & Birger Hörnfeldt

Bird Study 61: 444–446.2014

 

Différences de qualité entre des territoires d'Aigles royaux et stratégie de gestion des projets de fermes à éoliennes dans le nord de la Suède

 

La productivité de la reproduction dans 96 territoires occupés par des Aigles royaux dans le nord de la Suède est très variable, avec le meilleur quart des territoires les plus productifs, assurant 44% de la productivité totale des territoires étudiés. Cette donnée est utilisé dans une stratégie de gestion régionale des projets éoliens dans des secteurs occupés par les Aigles royaux, selon laquelle les territoires les plus productifs sont prévus pour avoir un plus grand degré de protection que leurs homologues moins fertiles.