Un jeune Aigle royal cévenol dans les mailles du Réseau Aigles Pyrénées

Photo Christian Itty
Photo Christian Itty

Pour la seconde fois en quelques semaines, nous avons la preuve de mouvements d'Aigles royaux entre les Cévennes et les Pyrénées. La coopération entre le Réseau Aigles Pyrénées, le Groupe d’Étude des Rapaces du Sud du Massif central et l'association BECOT de Christian ITTY, a permis de valider l'observation d'un oiseau bagué signalé dans les Pyrénées.

 

 

 

Photo Christian Petty
Photo Christian Petty

 

L'histoire d' "Étoile" commence dans la vallée de la Vis (département de l'Hérault), dans un territoire un peu particulier puisque ses parents sont installés dans la Réserve du Ranquas de Christian PETTY.

Elle a donc fait l'objet d'un baguage au nid par Jeanne DUHAYER et Christian ITTY, responsable du programme de baguage de l'aigle royal, le 25 juin 2015, à l'âge de 40jours.

Son poids était alors de 2,75kg ce qui, combiné à d’autres mesures (tarse, bec, serres…) a incité Christian ITTY à la considérer comme une jeune femelle.

Les étoiles qui devaient briller dans les yeux de la demoiselle qui la tenait dans ses bras ainsi que celles de son tee-shirt, ont décidé de son surnom.

 

Comme beaucoup de jeunes aigles, "Étoile" a été vue sur son domaine vital de naissance jusqu'au mois de février de l'année suivante : donc 2016.

 

 

 

Photo Michaël Kaczmar
Photo Michaël Kaczmar

 

L'observation de l'oiseau bagué a été réalisée le 09 mars 2017, par beau temps :

 Entre 15h16 et 15h19, un jeune Aigle royal a été repéré par un observateur du Réseau Aigle royal Ariège, pompant en fond de vallée pour prendre de l'altitude. Michaël KACZMAR (ONF) a pris des photos de l'oiseau sous différents angles, alors qu'il était lui même, dans le cadre du suivi Gypaëte barbu (soutien alimentaire),  à une altitude d'environ 1700m, à proximité du plateau de Beille (département de l'Ariège), puis vers 15h57 le jeune aigle s'est éloigné en direction de l'est. L'analyse des clichés lui a permis de vérifier la présence d'une bague rouge avec un chiffre 5 sur le tarse gauche et d'une bague muséum à droite.

Il ne restait plus qu'à remonter à l'origine de ce marquage et à essayer d'identifier l'oiseau.

"Étoile", maintenant âgée de deux ans, fille de "Queen" la reine du Ranquas, est bien porteuse d'une bague rouge en métal au tarse gauche et d'une bague muséum associée à une bague jaune en plastique au tarse droit.

 

Photo Michaël  Kaczmar
Photo Michaël Kaczmar

 

 L’analyse des photos a permis de voir qu’elle a perdu cette bague jaune. La lecture du chiffre 5 sur la bague rouge ne représente qu'une partie du code alphanumérique qui comporte deux caractères, la lettre K et un chiffre 5. Les plumes des tarses masquent, partiellement ou totalement, les bagues et cette situation se reproduit fréquemment, ce qui complique l'identification des individus.

 Elle aura survécu à cette première année en dehors du territoire parental et parcouru en ligne directe environ 195km depuis son lieu de naissance.

 Sa coloration est toujours très foncée avec des zones blanches bien nettes, tant sur la face supérieure qu'inférieure des ailes et de la queue. Elle présente néanmoins une décoloration des couvertures sus-alaires caractéristique de son âge, ainsi que des petites couvertures plus sombres. De dessous, son corps et ses ailes sont tachetées de touches claires. Les caudales médianes sont muées (plus longues et moins élimées) et la mue concerne aussi les rémiges primaires internes.

 


 

 

 

 

Cette observation vient confirmer celle obtenue à la fin du mois de janvier 2017, à partir d'un suivi GPS, d'un oiseau du même programme âgé de trois ans. Après être reparti des Pyrénées, cet aigle immature était remonté jusqu’en Ardèche. Il est, depuis, redescendu vers le sud et sillonne en ce moment une zone située aux confins des départements de l’Hérault, du Tarn et de l’Aveyron.

 

Nous espérons, bien sûr, avoir l'occasion de confirmer ces déplacements par le biais d'autres données, mais il s'agit néanmoins d'une information extrêmement intéressante en ce qui concerne la connexion pouvant exister entre les populations du Massif central et des Pyrénées.

 

 

 

 

 

Avec nos remerciements à Michaël KACZMAR, Julien GARRIC, Christian PETTY, Christian ITTY, Bernard RICAU pour leur collaboration et leur partage de données et de photographies.

 

 

                                                                                                                                           

© Réseau Aigles Pyrénées